« Elle est là pour incarner la jeunesse »

« Elle est là pour incarner la jeunesse »
Descriptive text here

Le nom de Judith Godrèche résonnera une nouvelle fois. Ce mercredi 15 mai, l’actrice et réalisatrice, que l’on sait engagée, présente son court-métrage en ouverture de la section « Un certain regard » du Festival de Cannes. aussi. Un film de dix-sept minutes tourné fin mars et dans lequel apparaissent 1 000 victimes d’abus et d’agressions. “J’ai reçu 5 000 témoignages de femmes et d’hommes qui m’ont raconté leurs agressions passées. Ma façon de réagir, quand quelque chose ou quelqu’un m’émeut, c’est de créer. Au fond, j’avais une responsabilité vis-à-vis de ces témoignages. Je me demandais comment l’incarner», a expliqué Judith Godrèche, lors d’une interview pour Le Parisien, publié ce mercredi 15 mai. »Il m’est venu, entre autres idées, de faire vivre cette correspondance, notamment à travers mon récit, en utilisant les formes qui m’inspirent – ​​cinéma, musique, danse – sans y ajouter de pathétique.

Pour ce projet, la cinéaste a également fait appel à sa fille Tess, fruit de ses amours passées avec Maurice Barthélemy. “Elle est avant tout là pour incarner la jeunesse, à qui nous nous adressons“, a-t-elle indiqué. Sur l’image, on retrouve la jeune comédienne dansant parmi des anonymes. Un tournage qui n’a pas été des plus simples, comme le souligne Judith Godrèche : «Nous avons tourné fin mars sur une avenue que je voulais symbolique, en l’occurrence l’avenue Philippe-Auguste qui mène à la place de la Nation. Ce fut une journée intense pour tout le monde et cela s’est très bien passé. C’était très émouvant, en même temps il fallait tourner, gérer trois caméras, réaliser sans diriger, raconter une histoire sans instrumentaliser…», a-t-elle détaillé dans les pages de Parisien.

>> PHOTOS – Judith Godrèche : son évolution capillaire depuis ses débuts jusqu’à aujourd’hui

Judith Godrèche face aux menaces après ses accusations : “C’est compliqué…”

En février 2024, Judith Godrèche porte plainte contre les réalisateurs Benoît Jacquot et Jacques Doillon pour des faits de viols et d’agressions sexuelles, survenus dans les années 1980, alors qu’elle était adolescente. Après cet acte courageux, l’actrice a réalisé son court métrage Moi aussi, qui se veut une fenêtre sur les témoignages de ceux qui ont subi des violences similaires. Interviewé à cette occasion par Belle matinéel’actrice a révélé qu’elle fait face à de nombreuses menaces, qui visent non seulement sa sécurité, mais aussi celle de sa famille.

Chez nous, le climat était très pénible au moment de l’affaire Weinstein», a révélé celle qui faisait partie des nombreuses femmes accusant le producteur hollywoodien Harvey Weinstein de harcèlement et d’abus sexuels. “Aujourd’hui, ces menaces sont encore plus fréquentes et concrètes. C’est compliqué. Je sais que je les mets en danger. Et, en même temps, je me dis que je fais ça pour que nos enfants sachent quelque chose de mieux», a ajouté Judith Godrèche, motivée par l’envie de laisser à sa fille et aux générations futures un monde plus juste.

Crédits photos : MEILLEURE IMAGE

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV LOSC, déjà un coup d’or à 16M€ pour Létang à Lille en vue du mercato ! – .
NEXT Un suicide et un décès à la prison de Seysses, dans un climat « de grande tension »