Les vignerons du Gers craignent le retour du mildiou

Les vignerons du Gers craignent le retour du mildiou
Les vignerons du Gers craignent le retour du mildiou

l’essentiel
Secoués par la crise du mildiou l’an dernier, les vignerons du Gers sont en alerte pour éviter un retour de la maladie, alors que les prochains jours s’annoncent pluvieux dans le département.

Les souvenirs sont encore vifs. Aucun vigneron ne souhaite revivre le terrible épisode de mildiou qui a fait tant de mal à la profession l’an dernier. Le moindre signe venu du ciel est donc particulièrement surveillé ces jours-ci. «Nous sommes en alerte depuis le début de la saison, car nous avons encore des conditions qui peuvent être propices au mildiou, et qui l’ont été très tôt», précise Nadine Raymond, directrice adjointe du syndicat. provenant des caves coopératives de Plaimont.

La combinaison d’épisodes pluvieux et de chaleur intense observée depuis le début du printemps fait en effet craindre le pire, comme ce fut le cas l’année dernière. « On a tout le cocktail : les températures et l’humidité qu’il faut pour que ça explose au moindre bris des couvertures », acquiesce Nadine Raymond. Le président de la Chambre d’agriculture du Gers, Bernard Malabirade, ajoute : « Le mildiou peut réapparaître beaucoup plus facilement étant donné qu’il y a eu une forte contamination l’année dernière. »

« Il suffit de rater un traitement pour que tout s’arrête »

Dans ces conditions, la vigne est mise à rude épreuve. Chez les producteurs de Plaimont, des tâches ont déjà été identifiées sur certaines parcelles, sans que cela n’ait d’impact sur la production. « La cause a été identifiée et le problème maîtrisé », rassure le directeur adjoint de Plaimont. Pour autant, pas question de lâcher prise. « Il faut être hyper-réactifs, très vigilants », poursuit-elle. « Nous n’avons pas le droit de commettre la moindre erreur en début de campagne. Nous espérons que la pression diminuera plus tard, mais pour l’instant, depuis le début de la saison, nous sommes sous pression sur ce risque de mildiou. »

Même si des taches ont été observées sur certaines vignes, la situation est actuellement sous contrôle.
ILLUSTRATION DDM – NEDIR DEBBICHE

Les dernières prévisions météorologiques n’incitent malheureusement pas à l’optimisme, comme le souligne Alain Desprats, directeur du syndicat viticole des Côtes de Gascogne. « Nous prévoyons toujours de la pluie cette semaine avec du refroidissement en fin de semaine. La pression est réelle. Pour le moment, il ne semble pas y avoir de dégâts mais il faut quand même se méfier car avec ces pluies régulières, les producteurs ne peuvent pas intervenir quand c’est nécessaire. Il suffit de rater un traitement pour que tout s’arrête et que la maladie prenne le dessus.

Malgré ce contexte défavorable, il y a des raisons d’espérer pour la profession. « La bonne nouvelle, c’est que nous semblons être sortis du risque de gel. Après, on est un peu dans le schéma climatologique de l’année dernière, avec des risques d’orages et la crainte de la grêle », observe Alain Desprats.

«Beaucoup plus de vigilance»

Largement conscients des risques de maladies et de champignons comme l’oïdium, les vignerons se sont également montrés plus réactifs et prospectifs depuis la crise de 2023. « C’est peut-être aussi la leçon de l’année dernière : jusque-là, les vignerons ont bien couvert et réagi quand il le fallait, de tous nos coopérateurs, très peu ont pris des risques. Cette année, elle a bien réagi », souligne Nadine Raymond. Une déclaration appuyée par Bernard Malabirade : « Nous sommes beaucoup plus vigilants après les grosses pertes de l’année dernière. Les gens sont un peu plus assidus concernant les traitements. J’en ai vu qui retournent se soigner étant donné qu’ils n’annoncent pas de grosses pluies cette semaine. »

Le mot de la fin revient à Alain Desprats, qui résume l’état d’esprit actuel des vignerons gersois : « Pour le moment, la situation sanitaire est bonne mais nous ne sommes pas sereins ».

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Jackson perd « son » coach ! – Le Quotidien – .
NEXT Un joueur de Ligue 1 lâche sa réponse au PSG ! – .