Darmanin promet que les assaillants « finiront leur vie en prison »

Darmanin promet que les assaillants « finiront leur vie en prison »
Darmanin promet que les assaillants « finiront leur vie en prison »

“EEn République française, la police gagne toujours. Elle met parfois du temps, mais elle gagne toujours. » Invité de RTL ce mercredi 15 mai au matin, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a affiché sa détermination à interpeller les auteurs de la tuerie au péage d’Incarville, dans l’Eure, survenue la veille et au cours de laquelle deux des gardiens de prison ont été tués.

Mise à jour du soir

Tous les soirs à partir de 18h

Recevez les informations analysées et décryptées par la rédaction du Point.

MERCI !
Votre inscription a été prise en compte avec l’adresse email :

Pour découvrir toutes nos autres newsletters, rendez-vous ici : MonCompte

En vous inscrivant, vous acceptez les conditions générales d’utilisation et notre politique de confidentialité.

Le locataire de la place Beauvau a indiqué que plus de 450 policiers et gendarmes étaient déployés la veille dans le département pour rechercher les fugitifs. A la demande du Président de la République, des moyens de coopération internationale et de police judiciaire ont été mis en place.

Gérald Darmanin a parlé de gang » extrêmement violent » responsable de l’attaque et a souligné l’usage par les assaillants de moyens « disproportionnée » pour libérer Mohamed Amra, soupçonné d’être à la tête d’un réseau de drogue. ” Nous retrouverons ces gens, ils finiront leur vie derrière les barreaux », a clamé Gérald Darmanin. ” J’espère que ce sera le procès de la criminalité et de la violence autour de la drogue”, a ajouté le ministre.

Donner du pouvoir aux consommateurs de drogues

Sur le profil de Mohamed Amra, le ministre de l’Intérieur a estimé que « il n’était pas l’ennemi public n°1 » avant que le commando n’agisse. Gérald Darmanin a également rappelé que le détenu n’était pas incarcéré dans une unité de haute sécurité, et que des centaines de transferts comme le sien de Rouen à Évreux étaient « tous les jours”.

LIRE AUSSI Rebelles, communistes, socialistes… Face aux drames, des gauches plus inconciliables que jamaisPlus généralement, le ministre a dénoncé le narcobanditisme, dans lequel il y a « pas de romance dans la vraie vie », contrairement au « cinéma ». ” Rien n’est récréatif dans la drogue, tout est mortel”, a encore fustigé le locataire de Beauvau. ” On ne peut pas à la fois pleurer les veuves et les orphelins au péage de l’Eure et continuer à fumer notre joint”, a-t-il encore dit, comparant ce comportement à de la “schizophrénie”.

Suite à cette tuerie, l’intersyndicale des surveillants pénitentiaires a appelé ce mercredi au blocus des établissements.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Un grand débat éclate avant le dernier jour
NEXT Ça ne commence pas encore – Fans et Anleger enttäuscht – .