un mort à Nouméa, ce que l’on sait après une nouvelle nuit d’émeutes

un mort à Nouméa, ce que l’on sait après une nouvelle nuit d’émeutes
un mort à Nouméa, ce que l’on sait après une nouvelle nuit d’émeutes

Une personne est morte par balle dans la nuit de mardi à mercredi lors des émeutes à Nouméa. Le Haut-commissaire de la République Louis Le Franc regrette une « spirale meurtrière ».

Les émeutes se sont poursuivies dans la nuit du mardi 14 au mercredi 15 mai en Nouvelle-Calédonie. Cette fois, une personne est décédée par balle à Nouméa, a annoncé le Haut-Commissaire de la République, Louis Le Franc : « Sur les trois blessés admis aux urgences, un est décédé, victime d’un coup de feu tiré par « non d’un policier ou d’une gendarmerie ». abattu, mais de quelqu’un qui voulait certainement se défendre”, a-t-il expliqué à -, sans donner plus de détails. Depuis lundi, ce territoire français du Pacifique Sud connaît ses violences les plus importantes depuis les années 1980.

Le Haut-Commissaire de la République évoque une situation « insurrectionnelle »

De fortes tensions perdurent pour la deuxième nuit consécutive en Nouvelle-Calédonie après le vote de la réforme contestée à l’Assemblée nationale. Les indépendantistes font entendre leur opposition à la réforme constitutionnelle, qu’ils considèrent comme un « coup de force » de l’Etat, selon les mots du secrétaire général de l’Union calédonienne (parti indépendantiste), Dominique Fochi, à l’AFP. Certains comme le sénateur kanak Robert Xowie, contacté par Le monde, voient avec cette intervention pour l’élargissement du corps électoral une nouvelle forme de colonialisme français. De son côté, le président Emmanuel Macron a indiqué que le Congrès se réunirait « avant fin juin » si aucun accord n’était trouvé avant cette date entre indépendantistes et loyalistes.

“Je vous laisse imaginer ce qui se passerait si les milices se mettaient à tirer sur des personnes armées”, poursuit Louis Le Franc. Il évoque une situation « insurrectionnelle » dans l’archipel. Plusieurs « échanges de coups de feu entre émeutiers et groupes de protection civile à Nouméa et Paita » et une « tentative d’intrusion dans la brigade Saint Michel » ont été enregistrés.

140 arrestations à Nouméa

Le Haut-Commissaire de la République a également fait état, ce mercredi, de seulement 140 arrestations à Nouméa. Les écoles « resteront fermées jusqu’à nouvel ordre » précise le vice-rectorat de Nouvelle-Calédonie. L’aéroport de Tontoura reste pour l’instant fermé aux vols commerciaux. « La situation n’est pas grave, elle est très grave. Si l’appel au calme n’est pas entendu, il y aura aujourd’hui de nombreux morts dans la métropole de Nouméa. Nous sommes entrés dans une spirale dangereuse, une spirale mortelle», a regretté Louis Le Franc lors d’une conférence de presse. “Si nécessaire, je ferais appel aux forces militaires, en demandant de l’aide”, a-t-il déclaré.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Rencontre avec Sean Baker, Palme d’Or pour Anora
NEXT Une lutte contre les incendies de forêt grandeur nature aux Noës