après la mort de deux agents, l’intersyndicale réclame une journée des « prisons mortes »

après la mort de deux agents, l’intersyndicale réclame une journée des « prisons mortes »
après la mort de deux agents, l’intersyndicale réclame une journée des « prisons mortes »

L’intersyndicale des agents pénitentiaires FO Justice, UFAP UNSa Justice, CGT pénitentiaire, SPS (Syndicat des surveillants pénitentiaires) appelle à une journée des « Prisons mortes » et au blocage de tous les établissements et structures le mercredi 15 mai dans un communiqué publié le le jour précédent. Plusieurs centaines de gardes ont bloqué leurs établissements dès le début de la matinée.

Cet appel fait suite à la mort de deux agents lors de l’attaque d’un fourgon pénitentiaire dans l’Eure lors d’une extraction judiciaire entre le tribunal de Rouen et d’Évreux. L’intersyndicale rappelle également que deux autres agents sont en « urgence vitale » et qu’un autre de leurs collègues a été blessé, « touché à l’oreille ». Lors de cette attaque, le détenu Mohammed Amra, reconnu coupable de cambriolage et connu pour trafic de drogue, s’est évadé et est toujours en cavale ce mercredi matin.

L’exigence d’une « vraie prise en compte des moyens »

Après avoir présenté ses condoléances aux familles des victimes, l’intersyndicale a demandé un « une vraie réflexion sur les moyens nécessaires à mettre en place face à cette violence croissante et aux risques encourus ». Les représentants des différents syndicats ont dressé un cahier de revendications qui comprend les « la réduction drastique des extractions en favorisant le recours à la visioconférence des magistrats ou leurs déplacements dans les établissements, la refonte et l’harmonisation des niveaux d’escorte, la fin des escortes « mixtes » et d’un minimum de 3 agents, l’égalité de traitement en termes de moyens entre les métropole et le Drom-Com, des équipements et matériels mieux adaptés, le déploiement accéléré des brouilleurs de téléphones portables et le contrôle des drones ». Mais l’intersyndicale veut aussi mettre sur la table le « surpopulation pénale » et le “panne de travail” confrontés à un sous-effectif chronique dans les prisons.

Les représentants de la profession pourront partager ces revendications lors de leur rencontre avec le garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti ce mercredi 15 mai à 14 heures. L’intersyndicale a également appelé à une minute de silence dans toute l’administration pénitentiaire.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Macron invite au dialogue, les indépendantistes campent sur leur position
NEXT Victime d’un accident près de Dreux, elle recherche désespérément son Chihuahua qui s’est échappé