l’appétit pour le risque persiste avant l’inflation américaine

l’appétit pour le risque persiste avant l’inflation américaine
l’appétit pour le risque persiste avant l’inflation américaine

Zurich (awp) – La Bourse suisse a débuté sa séance de mercredi en pleine forme, en ligne avec la clôture de Wall Street la veille et dans l’attente d’un point sur la hausse des prix aux Etats-Unis.

«Hier était déjà un de ces jours où les investisseurs persistent à voir le verre plein, même s’il n’est plein qu’à 10%», observe Ipek Ozkardeskaya, analyste chez Swissquote.

« Les prix à la production aux Etats-Unis se sont révélés plus élevés que prévu (…) Le président Joe Biden a annoncé des droits de douane musclés sur les importations chinoises (…) et le président de la Réserve Jerome Powell a une nouvelle fois appelé à la patience, indiquant qu’il ne s’attend pas à ce que la lutte contre l’inflation soit un long fleuve tranquille», énumère l’expert de la banque en ligne Glandian.

Reste désormais à savoir si l’inflation outre-Atlantique en avril – qui sera publiée en début d’après-midi – sera dans la même veine que les prix à la production. « Le pire scénario ? Un chiffre conforme au consensus qui rendrait les investisseurs encore plus nerveux», prévient John Plassard, de Mirabaud Banque.

“Même si nous constatons toujours une forte tendance en faveur des actifs risqués, nous considérons également qu’il est important que les investisseurs assurent leurs portefeuilles en ces temps de forte incertitude”, a déclaré Mark Haefele, responsable des investissements au sein de la branche mondiale de gestion de fortune d’UBS.

A 09h10, le Swiss Market Index (SMI) progressait de 0,30% à 11’819,23 points et le Swiss Leader Index (SLI) de 0,32% à 1’928,85 points. Sur les trente principales expertises, sept seulement ont pris le chemin de la cave, alors que Julius Bär tournait en rond. Les 22 autres prenaient de la hauteur. Mesuré par le Swiss Performance Index (SPI), le marché au sens large a gagné 0,24% à 15’777,36 points.

Le sous-traitant de l’industrie pharmaceutique Lonza (+2,0%) s’est distingué dès les premiers échanges, malgré l’absence d’indication particulière.

La multinationale rhénane-valaisanne était suivie de loin par Partners Group (+0,9%) et Logitech (+0,8%). Le géant de la souris proposera à ses actionnaires un dividende en espèces majoré de dix centimes à 1,16 franc par action pour son exercice échelonné 2023/24.

Le bon de dividende Roche récupère 0,4%, suite à l’approbation au pays de l’Oncle Sam d’un test de dépistage du papillomavirus humain et au lendemain d’un accès de faiblesse induit par la probable concurrence à venir de son Hemlibra contre l’hémophilie.

Le géant des consommables et implantables ophtalmiques Alcon (-0,2%) a restitué une partie de ses gains de la veille, à la suite de son rapport de performance des trois premiers mois de l’année.

Novartis (+0,2%) a modéré la tendance, tandis que le groupe alimentaire Nestlé (-0,2%) a présenté des fuites d’eau.

Le bonnet de cancre du moment revient à SIG Group (-0,8%), derrière le transporteur Swatch et SGS (-0,7% chacun)

Sur le marché plus large, l’éditeur de solutions logicielles Softwareone (+4,7%) a bénéficié de la publication de chiffres trimestriels encourageants, occultant les conflits internes sur son avenir en tant que société indépendante et cotée.

Le fabricant de compteurs Landis+Gyr (+2,0%) a bénéficié du relèvement par JPMorgan de la recommandation à « neutre », par rapport à « sous-pondérée ».

jh/vj

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Slimane aux JO de Paris ? Laurent Luyat souhaite voir le chanteur se produire lors de la cérémonie d’ouverture (ZAPTV)
NEXT M’Billi gagne en 40 secondes