Ce que l’on sait de l’attaque meurtrière contre un fourgon pénitentiaire dans l’Eure

Ce que l’on sait de l’attaque meurtrière contre un fourgon pénitentiaire dans l’Eure
Ce que l’on sait de l’attaque meurtrière contre un fourgon pénitentiaire dans l’Eure

Ce mardi matin, un fourgon de l’administration pénitentiaire a été attaqué par des individus lourdement armés dans l’Eure.

Le bilan est lourd : au moins deux agents sont morts et trois personnes ont été grièvement blessées.

Le détenu qui se trouvait à l’intérieur du véhicule et ses complices présumés se sont évadés.

Ils sont toujours recherchés.

Suivez la couverture complète

Attaque d’une camionnette dans l’Eure : des agents pénitentiaires tués, un détenu en fuite

Un événement rarissime en France. Ce mardi matin, un fourgon de l’administration pénitentiaire a été attaqué par des individus lourdement armés. Les événements ont eu lieu dans l’Eure et le bilan est dramatique. Deux policiers sont morts et trois autres ont été blessés, dont deux grièvement. Les malfaiteurs ont pris la fuite, accompagnés du détenu Mohamed Amra, 30 ans, qui se trouvait dans la camionnette et qu’ils étaient venus récupérer. Ils sont activement recherchés. TF1info revient sur cette attaque et comment elle s’est déroulée.

Une attaque en fin de matinée

C’était vers 11 heures ce mardi matin lorsque l’attaque a eu lieu à proximité du péage d’Incarville dans l’Eure, sur l’A154. Là, un commando vêtu de noir, cagoulé et lourdement armé, a attaqué un fourgon de l’administration pénitentiaire escorté par une voiture. Le convoi a ensuite effectué, à l’occasion d’une extraction judiciaire, un déplacement entre le tribunal judiciaire d’Évreux et la prison de Rouen.

Sous les yeux de nombreux témoins qui s’apprêtaient à franchir le péage à bord de leurs véhicules, les malfaiteurs, dont certains étaient descendus des grosses voitures dans lesquelles ils se trouvaient, ont tiré à plusieurs reprises pour libérer le détenu qui se trouvait à l’intérieur. l’intérieur. “Un homme s’est évadé et pour réaliser cette évasion, ses complices n’ont pas hésité à tirer sur les escorteurs à l’arme lourde.a dénoncé Éric Dupond-Moretti, ministre de la Justice, lors d’un point de presse en début d’après-midi.

Une fois leur mission accomplie, les malfaiteurs ont pris la fuite avec l’homme qu’ils étaient venus chercher.

Deux morts et trois blessés graves

Au cours de cette attaque, deux gardiens de prison sont morts, un événement qui ne s’était pas produit depuis 1992. « L’un d’eux laisse une femme et deux enfants qui devaient fêter leurs 21 ans dans deux jours. L’autre laisse une femme enceinte de cinq mois”a révélé le ministre de la Justice, qui a exprimé une « pensée émue » pour les proches des victimes.

Trois autres personnes ont été grièvement blessées. Les trois victimes ont été transportées à l’hôpital. Les pronostics vitaux sont engagés pour deux d’entre eux, a indiqué Éric Dupond-Moretti.

Que sait-on du détenu évadé ?

Le détenu que les malfaiteurs sont venus libérer s’appelle Mohamed Amra. Son identité, qui avait fuité dans la matinée, a été confirmée en milieu de journée par la procureure de Paris, Laure Beccuau dans un communiqué. Il est né le 10 mars 1994. Il était un détenu particulièrement surveillé (DPS).

Le 10 mai 2024, il est condamné par le tribunal d’Évreux pour cambriolage. Il a également été mis en examen par la JIRS (juridictions interrégionales spécialisées) de Marseille pour « enlèvement et séquestration » ayant entraîné la mort.

Une enquête ouverte

Cet après-midi, Laure Beccuau, procureure de la République de Paris a annoncé que la JUNALCO – Juridiction nationale de lutte contre la délinquance organisée – s’est saisie de l’enquête sur l’attentat meurtrier et que les magistrats du parquet de Paris se sont rendus sur place.

Le parquet de JUNALCO a déféré l’enquête à l’OCLCO (Office central de lutte contre la délinquance organisée) et à la police judiciaire de Rouen, portant notamment sur les délits de meurtre et tentative de meurtre en bande organisée (passible de la réclusion à perpétuité), évasion en bande organisée, acquisition et détention d’armes de guerre Et association de malfaiteurs en vue de commettre un crime.

Un dispositif déployé à grande échelle

Depuis les faits, l’évadé et ses complices sont activement recherchés. L’un des véhicules qu’ils avaient utilisés a été retrouvé brûlé non loin des lieux.

Le plan Épervier est déployé. Au total, 200 gendarmes sont actuellement engagés pour tenter de retrouver le détenu et ses complices présumés. Il s’agit principalement de gendarmes départementaux et de motards de l’Eure mais aussi des départements limitrophes (Seine-Maritime, Calvados, Val-d’Oise et Yvelines). Un hélicoptère participe aux recherches et le GIGN est sur place.

  • Lire aussi

    Attaque mortelle d’une camionnette dans l’Eure : que sait-on du prisonnier en fuite ?

« Tout est mis en œuvre pour retrouver les auteurs de ce crime afin que justice soit rendue au nom du peuple français » a assuré le président de la République Emmanuel Macron sur le réseau social X. Le garde des Sceaux a promis la même chose :« Tout sera fait pour retrouver les auteurs de ce crime ignoble »il a insisté. « Ce sont des gens pour qui la vie ne pèse rien. Ils seront arrêtés, jugés et punis selon le crime qu’ils ont commis.


Aurélie SARROT

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV La nouvelle visualisation du trou noir de la NASA plonge les spectateurs dans l’horizon des événements
NEXT Tinne Van der Straeten va porter plainte pour diffamation contre Georges-Louis Bouchez