Quentin Bataillon assure que France 24 « n’est pas remise en cause »

Quentin Bataillon assure que France 24 « n’est pas remise en cause »
Descriptive text here

Il réagit au tollé. Ce mardi 14 mai 2024, face à Emilie Tran Nguyen dans « Télématin » sur France 2, Quentin Bataillon, rapporteur de la mission sur le service public et président de la commission d’attribution des fréquences de la TNT, est revenu sur ses propos concernant un éventuel remplacement. de France 24 par -.

« Pousser » - à l’international pour « éventuellement remplacer France 24 »

En effet, hier, le député Renaissance a déclaré sur la radio - vouloir «pousser« la chaîne d’information du service public »à l’international pour éventuellement remplacer France 24 et avoir cet attrait national et international» : «Cela n’est possible qu’avec une réforme structurelle« .

Dans la foulée, de nombreux salariés de France 24 ont réagi avec vigueur face à la possible disparition de la chaîne internationale. “« Remplacer » quatre chaînes d’information en français, anglais, arabe et espagnol, destinées à un public international ? Monsieur Quentin Bataillon, c’est ignorer nos spécificités. Heureusement, ce n’est pas le projet de l’Etat actionnaire qui mesure l’importance de France 24 !», a écrit Vanessa Burggraf, directrice de France 24.

«C’est une mutualisation des rédactions»

Sur la Deux, Quentin Bataillon a donc fait marche arrière et a assuré qu’il ne souhaitait pas remplacer France 24.Cela ne supprime pas une chaîne ! Au contraire, cela signifie pouvoir mutualiser les équipes et mutualiser les ressources. Cela signifie qu’à aucun moment nous ne remettons en cause la marque et les fréquences de France 24. Elles sont connues et reconnues pour leur expertise internationale et leurs réseaux.“, il a insisté.

À LIRE : « Nous allons tout faire honte ! » : Cinq anciens ministres de la Culture opposés au projet de Rachida Dati sur la fusion de l’audiovisuel public

C’est justement cette mutualisation qui a été souhaitée par les sénateurs et députés des missions complémentaires, visant à constituer une sorte de rédaction et de newsfactory. Il ne s’agit même pas d’une fusion de la rédaction. C’est une mutualisation d’éditoriaux. Nous devons pouvoir nous appuyer sur leur expertise», a expliqué Quentin Bataillon. Et ajouté: “A aucun moment cela ne remet en cause ni la marque ni les fréquences de France 24. Au contraire, le but en renforçant les équipes est d’avoir plus de journalistes à l’international et d’avoir plus de localisations.« . puremedias.com vous invite à visionner la séquence.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Xi Jinping est plus subtil que Poutine mais a le même pouvoir de nuire
NEXT un homme inculpé et emprisonné après le meurtre de sa mère