ils voulaient sortir furtivement 26 tonnes d’or, deux fonctionnaires arrêtés – La Nouvelle Tribune – .

Une affaire de contrebande d’or secoue la région du Maghreb alors que les autorités libyennes ont déjoué un plan ambitieux visant à faire sortir clandestinement près de 26 tonnes d’or du pays. Cette rafle spectaculaire s’est soldée par l’arrestation de deux hauts fonctionnaires des douanes, révélant les rouages ​​complexes de la contrebande dans la région.

L’affaire a éclaté lorsque les autorités ont ouvert une enquête sur une possible contrebande à grande échelle à l’aéroport de Misrata, situé à 200 kilomètres de la capitale Tripoli. Selon les déclarations du Bureau du Procureur général, plusieurs fonctionnaires des douanes ont été arrêtés pour leur implication présumée dans cette opération illicite. Parmi eux figurent le directeur général des douanes ainsi que des responsables de l’aéroport de Misrata.

L’ampleur de la tentative de contrebande est stupéfiante : près de 26 tonnes d’or, sous forme de lingots, devaient sortir clandestinement du pays. Cette quantité représente une valeur estimée à environ 1,75 milliard de francs aux prix courants. Si cette tentative avait réussi, elle aurait non seulement privé la Libye de ressources cruciales, mais aurait également alimenté un réseau de contrebande déjà florissant dans la région.

Ce cas n’est pas un cas isolé. En effet, le parquet avait déjà ouvert en janvier dernier une enquête concernant une affaire similaire de contrebande d’or depuis l’aéroport international de Misrata. Des organisations telles que The Sentry ont également souligné le rôle crucial de la Libye en tant que zone de transit pour la contrebande d’or vers des pays comme les Émirats arabes unis et la Turquie.

Selon les rapports de l’ONG, plusieurs points de transit majeurs sont utilisés pour exporter illégalement de l’or hors de Libye, notamment les ports et aéroports de Misrata, Zliten et Khoms à l’ouest, ainsi que le port et l’aéroport de Benghazi à l’est. Ces réseaux de contrebande sont alimentés par la complicité au sein des autorités douanières et des infrastructures portuaires et aéroportuaires, soulignant la nécessité de renforcer les mesures de contrôle et de surveillance dans ces zones sensibles.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV viande, textile, beauté, ce que les Français consomment le moins
NEXT Ces jeunes d’Aurillac ont remporté un concours national en inventant… un escape game pour voter