Une journée d’animation au club de tennis

Une journée d’animation au club de tennis
Une journée d’animation au club de tennis

Samedi 11 mai, le Tennis Club de Muret a organisé une soirée spéciale intitulée « Amenez votre copine/votre copain » à l’initiative de Daniel Van Schendel, président du club, et de Martin Atristain (stagiaire en formation diplômante d’État de tennis). Pour Martin, c’est l’occasion de parfaire la mention tennis de sa formation DESJEPS (diplôme d’état supérieur de la Jeunesse, de l’Éducation populaire et du Sport) qui est un diplôme national de niveau 5, délivré dans différentes spécialités.

L’après-midi a été rythmée par plusieurs ateliers ludiques et variés. Un atelier paddle où les participants ont pu s’initier à ce sport de raquette qui se joue sur un terrain plus petit que le tennis traditionnel. Un atelier jeu de cible, un défi d’adresse et de précision pour tester vos capacités de visée suivi d’un atelier sports collectifs, l’occasion de s’amuser et de travailler en équipe autour de jeux comme le badminton ou le football-tennis. Après une heure et demie d’effort, les adolescents ont pu se rafraîchir et déguster une collation.

Bilan de l’opération, une belle réussite pour Martin : « Avec une vingtaine d’adolescents qui ont répondu à l’invitation, dont huit nouveaux venus au club, l’aide apportée par Julien Carrolo et Nadia Maran Bibarss (tous deux éducateurs adjoints au club) et deux bénévoles. membres du club Victor Contarin et Gabriel Charles Barros, je suis très satisfait du déroulement de cet après-midi. Satisfait aussi, car les jeunes se sont bien amusés et ont pu découvrir le tennis dans une ambiance conviviale. .»

Daniel Van Schendel, président du club, se réjouit également de l’accueil positif que reçoit cet événement et espère voir de nouveaux visages rejoindre ses rangs dans les semaines à venir.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Emma réduit de moitié le prix de cet ensemble d’oreillers haut de gamme et il n’y en aura pas pour tout le monde
NEXT « Des moyens considérables » pour traquer les évadés, un jour « prisons mortes » – Libération