Le besoin urgent de privatisation

Le besoin urgent de privatisation
Le besoin urgent de privatisation

Les Nigérians sont habitués à un cycle récurrent d’espoirs déçus dans l’industrie pétrolière. Les récentes déclarations du sénateur Ifeanyi Ubah concernant la relance imminente des raffineries de Port Harcourt et de Warri suscitent un scepticisme las, un contraste saisissant avec l’exaltation que de telles déclarations devraient inspirer.

Cet éditorial appelle à un changement de stratégie décisif. Le bilan du gouvernement en matière de non-respect des délais, de mauvaise gestion et de coûts croissants dresse un tableau sombre. La date proposée pour le redémarrage de ces raffineries en 2024 sonne creux, faisant écho à une série de promesses non tenues remontant au début de l’administration actuelle.

Pendant ce temps, la raffinerie privée de Dangote constitue un témoignage flagrant de ce qui pourrait arriver. Fonctionnant à une capacité dépassant la production combinée des installations de Port Harcourt et de Warri, elle injecte du carburant indispensable sur le marché intérieur. Ce contraste frappant souligne l’inefficacité du contrôle gouvernemental.

Le coût humain de cette inefficacité est indéniable. Les importations de carburant provoquent une hémorragie annuelle de milliards de personnes, épuisant des ressources indispensables ailleurs. Dans le but d’alléger le fardeau des citoyens, les subventions aggravent la situation en entravant la croissance économique et en entravant les pénuries de carburant survenues récemment.

La solution est claire : la privatisation. Ce conseil exhorte l’administration du président Bola Tinubu, avec son expérience dans le secteur privé, à saisir cette opportunité. La privatisation n’est pas simplement une réponse pragmatique ; c’est un catalyseur de revitalisation économique. Cela attirerait de nombreux investissements étrangers, l’expertise et l’innovation dont le gouvernement a besoin, ce qui constituerait un changement radical par rapport à la voie actuelle.

Q : « La privatisation n’est pas simplement une réponse pragmatique ; c’est un catalyseur de revitalisation économique. Cela attirerait de nombreux investissements étrangers, l’expertise et l’innovation dont le gouvernement a besoin, ce qui constituerait un changement radical par rapport à la voie actuelle.

Il est crucial de tirer les leçons des faux pas de la privatisation de l’ère Obasanjo. Bien qu’ils servent d’avertissement, ils offrent également des leçons inestimables en matière de transparence et de responsabilité. En mettant en œuvre une surveillance rigoureuse et en garantissant que toutes les transactions répondent à des normes strictes, le Nigeria peut éviter les pièges du passé.

Les efforts de privatisation réussis dans les principaux producteurs de pétrole, depuis les raffineries efficaces du Royaume-Uni jusqu’au secteur énergétique dynamique de l’Arabie Saoudite, démontrent son potentiel en tant que catalyseur d’innovation, d’efficacité et de croissance. En s’inspirant de ces réussites et en les adaptant au contexte nigérian, le président Tinubu peut ouvrir la voie à une nouvelle ère de prospérité dans l’industrie pétrolière.

Le président Tinubu a une chance de transformer la trajectoire économique du Nigeria. Il profite de cette occasion historique pour envoyer un message clair : le Nigeria est prêt à adopter l’innovation et l’entrepreneuriat. Une privatisation rapide et transparente des raffineries ne se limite pas à réparer des installations obsolètes ; il s’agit de déclencher une relance économique qui créera des emplois, attirera des compétences et propulsera le Nigeria vers l’avant. L’engagement de Tinubu n’est pas un coup politique ; c’est une étape visionnaire vers un avenir meilleur pour tous les Nigérians.

Le temps de la procrastination est révolu. Le Nigeria ne peut pas se permettre de rester enchaîné par un système défaillant qui draine les ressources et étouffe le progrès. Une action décisive en faveur de la privatisation n’est pas seulement nécessaire ; c’est la seule voie vers une croissance économique durable et un avenir meilleur pour tous les Nigérians.

En adoptant la privatisation, le Nigeria peut débloquer une vague d’investissements, attirer l’expertise nécessaire à la modernisation et enfin atteindre l’autosuffisance en carburants raffinés. Cela se traduira non seulement par une stabilité financière, mais permettra également à la nation de se concentrer sur des domaines critiques tels que l’éducation, le développement des infrastructures et la création d’emplois. La voie à suivre est claire. Le président Tinubu doit saisir cette opportunité pour inaugurer une nouvelle ère de prospérité pour le Nigeria et son peuple.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Pékin lance des manœuvres militaires autour de Taïwan, une « punition » contre le nouveau président
NEXT c’est beaucoup de Trump – .