7 décès enregistrés par l’ARASS

7 décès enregistrés par l’ARASS
7 décès enregistrés par l’ARASS

Une épidémie de grippe touche actuellement la Polynésie, après une première vague en début d’année. Sept décès ont été enregistrés. Face à cette situation, les autorités rappellent l’importance des gestes barrière.

On met le masque, et on s’approche pas du matahiapo» précise Henri-Pierre Mallet, chef du bureau de veille sanitaire à l’Agence de régulation de la santé et de l’action sociale (ARASS). Selon les chiffres qu’il avance, sept personnes sont mortes de la grippe en un mois, dont quatre enregistrées à l’hôpital.

En passant par le centre hospitalier, un matahiapo hospitalisé témoigne de sa mésaventure. Il a failli y aller. Il est arrivé il y a 2 jours et restera à l’hôpital pendant une semaine. “Depuis ma naissance jusqu’à aujourd’hui, je n’ai jamais été hospitalisée et je n’ai jamais eu une telle grippe ! Il faut faire attention… Je suis resté trois jours à la maison. Le doliprane m’a apporté un certain soulagement. Grâce à Dieu et au personnel de l’hôpital, je suis toujours là aujourd’hui», confie-t-il.

En réanimation, 10 % des personnes ont la grippe. Huit patients sont passés par ce service depuis le début de l’année. Un adolescent de 14 ans, un adulte de 45 ans et six personnes de plus de 65 ans. Ces derniers paient le prix le plus lourd, en raison de leur fragilité.

Face à cette situation, nous devons tous adopter les gestes barrières. Consignes déjà connues de la population à risque : «on ne s’approche pas des personnes vulnérables quand on est malade, quand on tousse, on met un masque, on se lave les mains… c’est toujours la même chose, c’est du bon sens» déclare Henri-Pierre Mallet.

Le virus circule. Tout le monde y réagit différemment. Pour protéger les plus vulnérables, les autorités appellent à plus de vigilance.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Direct. Handball. Suivez le match Cherbourg – Sélestat en direct commenté
NEXT l’essence et le diesel plus chers aujourd’hui