Valérie Hayer se dit « dégoûtée » par ces « pratiques minables »

Valérie Hayer se dit « dégoûtée » par ces « pratiques minables »
Descriptive text here

Depuis dimanche 12 mai, une photo circule sur les réseaux sociaux et fait beaucoup parler. Nous voyons Valérie Hayer, tête de liste du parti majoritaire aux élections européennes, posent aux côtés de militants néonazis en plein cœur de Paris, au lendemain d’une manifestation d’ultra droite dans les rues de la capitale.

Invité ce lundi 13 mai au micro de RTL Matin, Valérie Hayer dénonce un « piège de l’extrême droite ». Elle commence par préciser que la photo a bien été prise dimanche 12 et non en marge de cette manifestation de samedi, comme l’affirment ceux qui ont posté la photo, “puisque j’étais en déplacement en Corse”, précise-t-elle.

J’ai été arrêté par un groupe d’hommes qui m’ont demandé une photo. Évidemment, si j’avais vu leur tenue avec des propos racistes, j’aurais catégoriquement refusé, affirme la candidate. Je trouve pathétique, lamentable, de tenter de piéger un opposant politique avec une photo plutôt que sur le débat d’idées.»

Valérie Hayer se dit même « dégoûtée par ces pratiques », mais pas surpris. « Ce sont les méthodes de l’extrême droite, la tromperie, le mensonge, la désinformation et la lâcheté », dénonce-t-elle tout en précisant avoir entendu l’un des hommes en question dire juste après la photo : « On remorquera pour Marion » Maréchal. « Ces méthodes sont pathétiques et je vais continuer à me battre », conclut-elle.

Le projet de l’extrême droite et du Rassemblement National est une sortie de l’UE, un Frexit non accepté.


Valérie Hayer, tête de liste Renaissance pour les européennes, sur RTL

Alors que l’idée d’un débat entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen fait son chemin des deux côtés, Valérie Hayer s’étonne que le président du RN souhaite qu’il soit organisé après les élections, en septembre prochain. « Cela dit tout sur son manque de compétence sur les questions européennes », assure-t-elle, avant de s’attarder sur le programme de Jordan Bardella, tête de liste RN pour les européennes.

« Ils proposent de renationaliser la politique agricole commune, explique-t-elle, ils proposent de quitter le marché européen de l’énergie. Ils proposent de rétablir les frontières au sein même de l’Union européenne. Ils proposent de ne plus contribuer au budget européen. Mais ils sont favorables, je cite le programme, au maintien de certaines actions européennes, notamment Erasmus : si ce n’est pas une sortie de l’Union européenne, je ne vois pas ce que c’est. autre. C’est une sortie de l’Union européenne, c’est un Frexit non accepté. C’est le projet de l’extrême droite et du Rassemblement national, toujours, même s’il le nie.»

La rédaction recommande

Des nouvelles de la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL, abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre quotidiennement toute l’actualité

En savoir plus

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV L’avenir du gaz en Afrique
NEXT Juba privée de l’argent du pétrole