Niger : une entreprise chinoise va reprendre l’exploitation de l’uranium après dix ans d’interruption

Niger : une entreprise chinoise va reprendre l’exploitation de l’uranium après dix ans d’interruption
Niger : une entreprise chinoise va reprendre l’exploitation de l’uranium après dix ans d’interruption

La Société des mines d’Azelik (SOMINA), détenue majoritairement par les Chinois, va reprendre ses activités d’extraction d’uranium dans le nord du Niger, qu’elle avait suspendues il y a dix ans faute de rentabilité. La télévision publique nigérienne l’a annoncé lundi.

“La situation étant aujourd’hui favorable, la SOMINA envisage de reprendre la production d’uranium”, a indiqué la télévision publique nigérienne Télé Sahel, sans indiquer de date, faisant référence à la hausse des prix mondiaux observée depuis plusieurs mois.

Créée en 2007, la SOMINA a commencé l’extraction d’uranium en 2011 à Azelik, à 200 km au sud-ouest de la ville minière d’Arlit, où la société française Orano (ex-Areva) est implantée depuis une cinquantaine d’années. ‘années. Mais elle a suspendu ses activités trois ans plus tard en raison de la chute des cours mondiaux du « yellow cake ».

Le prix de la livre d’uranium oscille entre 90 et 100 dollars depuis le début de l’année, soit cinq fois plus qu’en 2016, lorsqu’il avait atteint son plus bas niveau. Une hausse des prix qui s’explique à la fois par le rebond de la demande d’énergie nucléaire et par les tensions géopolitiques internationales.

En vue de cette reprise, le colonel Ousmane Abarchi, ministre nigérien des Mines, récemment nommé par le régime militaire en place à Niamey, a visité samedi les installations d’Azelik où il s’est entretenu avec des responsables chinois.

Le ministre a visité la mine et s’est assuré que “des mesures de protection contre les risques de contamination radioactive” étaient prises, a indiqué la télévision nigérienne.

En juin 2023, le gouvernement nigérien et la China National Uranium Company (CNUC) ont signé un protocole d’accord pour la reprise des activités de la SOMINA.

Quatrième producteur mondial d’uranium, le Niger reste parmi les pays les plus pauvres de la planète.

Le régime militaire qui a pris le pouvoir en juillet 2023 à Niamey a fait de la souveraineté, notamment dans l’exploitation des matières premières, une de ses priorités.

La société canadienne Global Atomic Corporation a lancé en 2022 l’exploitation d’uranium à Dasa, située à 105 km au sud d’Arlit, pour laquelle quelque 121 milliards FCFA (184,4 millions d’euros) seront investis, selon le ministère nigérien des Mines.

Début mai, des mines d’or, exploitées par une société chinoise dans la même région d’Agadez, ont été temporairement fermées après la mort de plusieurs dizaines d’animaux ayant bu l’eau rejetée des puits miniers, selon les autorités. et les résidents.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Accident entre trois véhicules sur l’autoroute 70
NEXT Baisse massive de prix sur cette tablette graphique XPPen