forte opposition pour un projet d’éolienne au milieu d’une forêt protégée

Non au massacre des oiseaux, non au massacre de la forêt. C’est en quelque sorte un résumé de l’incompréhension et de la colère de plus de 10 000 personnes qui ont signé une pétition contre l’installation d’éoliennes dans la vallée de l’Ouche.
Le projet dit « Grands Communaux » est porté par la société avignonnaise Q Energy France. C’est 13 éoliennes qui feront 180 mètres de haut au bout des pales. Ils doivent se dérouler en forêt, au-dessus des communes de Saint-Jean-de-Boeuf et d’Antheuil. La commission d’enquête publique vient de rendre un avis favorable à ce projet et les opposants ne comprennent pas. Ce qui est gênant cette fois, ce n’est pas la proximité des habitations, car la maison la plus proche sera à plus d’un kilomètre de la première éolienne. Non, ce qui est ennuyeux c’est que Ce projet est situé en pleine forêt, dans une zone protégée Natura 2000.

La vallée vue de La Bussière-sur-Ouche © Radio-France
Olivier Estran

Une menace pour les rapaces ?

« Je ne suis pas contre les éoliennes, mais pourquoi ici ? » demande Yves Curis de l’association Les Amis de la Terre. « Seulement 15 % de la superficie de la Côte-d’Or est classée en zone Natura 2000, alors pourquoi ne pas les mettre ailleurs ? Nous avons ici une région magnifique” il soupire. « Nous craignons pour les oiseaux protégés tels que l’Hydrole-le-bec, la cigogne noire et le Grand-duc qui peuvent être attrapés et déchiquetés par les lames de ces machines. La population de ces oiseaux est si fragile que la mort d’un seul individu peut remettre en cause leur présence ici.

« Il y a aussi toute la déforestation et la gestion forestière » souligne Jean-Yves qui habite entre les deux communes concernées. « Il est prévu que 700 camions viendront déverser le béton pour construire la base des éoliennes, sans compter toute la ferraille. Il y aura inévitablement un impact, et pas seulement sur les espèces protégées.»

“On ne comprend pas l’avis favorable de la commission d’enquête, donc les trois quarts des personnes venues s’exprimer sont contre ce projet” Il regrette.

Visible ou invisible ?

La question du paysage est évidemment au cœur des préoccupations. « Certaines éoliennes seront bien visibles dans notre commune » assure Estelle Boniface, maire de La Bussière-sur-Ouche. « On les verra depuis l’abbaye, depuis la mairie, depuis la place de l’église. Je ne suis pas sûr que cela corresponde aux attentes des habitants venus s’installer ici ni que cela plaise à nos touristes. “

« Non, les éoliennes ne défigureront pas le paysage » cornue Michel Mercier, maire de Saint-Jean-de-Boeuf qui soutient ce projet aux côtés de ses collègues d’Antheuil et d’Aubaine. « Les opposants ont réalisé des montages photos trompeurs. Je vous assure que nous ne verrons rien de la vallée. Ou à peine un morceau de lame émergeant de la forêt. Franchement, si le promoteur m’avait dit « on va planter nos éoliennes sur la colline, à 750 mètres des maisons, j’aurais dit non sans hésiter. Mais là-bas, ce projet sera presque invisible et compatible avec l’environnement.

La Vallée de l’Ouche, magnifique pour ses forêts © Radio-France
Olivier Estran

« La société Q Energy France a obtenu une dérogation, car elle s’engage à mettre des caméras et des capteurs thermiques sur ses éoliennes. Des systèmes capables de détecter les chauves-souris et les rapaces à distance et d’arrêter l’éolienne en cas d’approche d’un animal. Quant à la forêt, l’espace qui sera pris sera compensé par un reboisement qui ne sera pas touché pendant 30 ans pour favoriser la biodiversité.

« Un projet positif pour l’environnement » assure la Commission d’enquête

« Tout le monde est pour les énergies renouvelables, mais pas chez soi » claque le maire. « Personne n’a levé le petit doigt contre l’installation de lignes à haute tension traversant la vallée, mais nous sommes opposés aux éoliennes. Je ne comprends pas!”

Dans ses conclusions, la commission d’enquête publique écrit noir sur blanc que « le bilan carbone du projet éolien « Grands Communaux » est largement positif avec le rejet d’environ 47 319 tonnes de CO2 évitées par an, y compris les pertes de stockage de CO2 causées par le défrichement et la déforestation. Le parc éolien des Grands Communaux aura ainsi des effets positifs sur l’environnement et sur la santé des habitants, moins exposés à la pollution de l’air provoquée par l’activité humaine.

« On ne verra rien de la vallée, à peine un bout de lame qui dépasse » assure le maire Michel Mercier © Radio-France
Olivier Estran

« Nous ne nous en cachons pas, il y aura aussi des retombées économiques pour nos petites villes » souligne Michel Mercier. « Il est estimé à 500 000 euros à partager avec la commune d’Antheuil et la communauté de communes. De quoi doubler mon budget municipal ! s’enthousiasme-t-il. « Ici, ce n’est pas la plaine de Genlis. Quand j’étais petite, il y avait sept agriculteurs à Saint-Jean-de-Bœuf, il n’y a qu’un seul agriculteur aujourd’hui. Si on refuse les éoliennes, que nous reste-t-il ?

Le projet verra-t-il le jour ? La réponse appartient au préfet de Côte-d’Or qui devrait prendre sa décision à la fin de l’année.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Pourquoi le prix de la future mairie du Grand Albigeois divise les élus
NEXT Salles-la-Source. Les travaux de la route de Payroulette vont reprendre