Transferts : le PSG hallucine un buteur !

Transferts : le PSG hallucine un buteur !
Descriptive text here

Après avoir réalisé un bon ratissage de son effectif l’été dernier, le PSG a procédé à une bonne douzaine d’arrivées pour se renforcer. L’écurie parisienne a notamment accueilli Gonçalo Ramos en prêt, avant de lever son option d’achat quelques mois plus tard. L’attaquant de 22 ans a d’ailleurs été très surpris par la grandeur du club de la capitale.

L’été dernier, après avoir fait le ménage dans son effectif, le PSG a été particulièrement actif lors du mercato. Le club de la capitale a réalisé une dizaine d’arrivées, dont celle de Gonçalo Ramos. Initialement prêté par Benfica, l’attaquant portugais a vu les dirigeants parisiens lever son option d’achat de 80 M€ il y a quelques mois. L’attaquant de 22 ans a d’ailleurs été époustouflé par le PSG dès son arrivée.

“Je ne pensais pas que le PSG serait si grand”

Je savais que j’allais dans un grand club, mais je ne pensais pas qu’il serait aussi grand. Laisse-moi expliquer. Dans l’organisation, les conditions, l’aide, tout le monde prend soin de nous. Si par exemple je veux cette table qui joue au baby-foot, je sais qui appeler et je pense que je la trouverai chez moi le soir même » a indiqué Gonçalo Ramos dans une interview accordée à Monde onze.

Une première saison mitigée au PSG

Sa première saison à PSG (14 buts en 38 matchs) n’a pas été aussi bon que prévu. Gonçalo Ramos n’a pas réussi à vraiment s’imposer dans le onze de Luis Enrique. S’il a commencé à montrer des choses intéressantes à partir de 2024, l’international portugais a connu une adaptation assez compliquée, qui l’a empêché de réellement montrer de quoi il était capable. Reste désormais à savoir si Luis Enrique lui donnera une seconde chance la saison prochaine, notamment après le départ de Kylian Mbappé.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Condom a vécu une journée au rythme de la flamme olympique
NEXT Laure Boulleau revient sur un épisode traumatisant de sa vie où elle a failli se « brûler la tête »