EN IMAGES – Le camping Parc d’Availles-Limouzine se remet doucement des inondations

Après les inondations, le camping Parc d’Availles-Limouzine se remet progressivement en état. L’établissement privé, situé au bord de l’eau, a souffert de la crue de la Vienne le 30 mars. L’eau est montée de 1m50 et a submergé le camping, causant des dégâts importants. Depuis plusieurs semaines, les gérants réparent, nettoient et débarrassent pour remettre de l’ordre. André et Pascale Garnier ont réussi à rouvrir leurs portes le 1er mai, même s’il reste encore quelques réparations à faire.

Le niveau d’eau est monté de 1m50 dans le camping lors des inondations
André Garnier

“J’ai enlevé beaucoup de boue”

Cécile, qui a été l’une des premières clientes à s’installer dans un mobil-home, imagine mal que le camping ait pu être inondé. “C’est vrai que ça a été bien fait, on dirait vraiment que ça n’a pas été inondé, c’est magnifique, chapeau au patron”, dit-elle aux gérants. Il faut dire queAndré et Pascale ont travaillé sans relâche pendant un mois pour réparer les dégâts. « On a essayé de le faire le plus vite possible pour pouvoir rouvrir au plus vite, on s’est donné un mois pour tout nettoyer et mettre à jour »dit Pascale.

Six mobil-homes endommagés par les inondations
André Garnier

« Mon mari a tout refait et j’ai fait beaucoup de ménage, j’ai enlevé beaucoup de boue, c’était très dur physiquement, heureusement nous avons eu un peu d’aide de la famille et des amis »dit Pascale. « On travaillait dix heures par jour minimum », ajoute André, son mari. Il ne reste aujourd’hui qu’un mobil-home et un hébergement insolite à rénover. «Nous attendons plus que la visite de l’expert du 28 mai pour être indemnisés par les compagnies d’assurance»précis le manager qui a dépensé plus de 20 000 euros en travail.

Le bar du camping n’a pas résisté au passage de la crue © Radio-France
Justine Claux

Une crue soudaine et violente

Une fois le déluge passé, le couple voulait au départ abandonner vu l’étendue des dégâts. “L’eau est entrée dans six mobil-homes, endommageant le sol, les cloisons et les portesse souvient André. Les bornes électriques, la cuisine, le bar et tous les appareils électroménagers baignaient également dans l’eau, tout était mort. ». L’inondation s’est produite si rapidement qu’André et Pascale n’ont pas eu le temps de protéger leur équipement.

La terrasse d'un mobil-home emportée par l'inondation
La terrasse d’un mobil-home emportée par l’inondation
André Garnier

Cependant, ils sont habitués aux inondations depuis leur arrivée sur les bords de la Vienne en 2017. “Cela arrive chaque année mais c’est encore assez limité. Habituellement, nous retirons simplement les voitures et protégeons tout ce que nous pouvons.explique Pascale. Cette année, il est monté très vite et très haut, bien plus haut que d’habitude, ça nous a fait très peur.”. Après plusieurs semaines de travail, les gérants ont repris espoir et ont pu rouvrir le camping. Ils espèrent maintenant vendre son établissement pour prendre sa retraite en fin de saison, le 30 octobre.

Pascale et André Garnier espèrent désormais vendre leur camping pour prendre leur retraite
Pascale et André Garnier espèrent désormais vendre leur camping pour prendre leur retraite © Radio-France
Justine Claux
 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV suivez l’hommage national à Caen de Gabriel Attal
NEXT Une banque milliardaire se prépare à une amende de 450 000 000 $ de la part du gouvernement américain pour ne pas avoir détecté, signalé et répondu efficacement aux activités suspectes