un an après le décès de l’adolescente, sa famille se dit « abandonnée » par la justice

un an après le décès de l’adolescente, sa famille se dit « abandonnée » par la justice
Descriptive text here

Le 12 mai 2023, la collégienne de 13 ans se donne la mort après avoir été harcelée dans son école de Vendin-le-Vieil et sur internet. Depuis, la famille dit se sentir abandonnée par la justice.

Depuis le suicide de Lindsay, le 12 mai 2023, l’enquête se poursuit. L’adolescente de 13 ans s’est suicidée après avoir été harcelée dans son école de Vendin-le-Vieil, près de Lens, ainsi que sur les réseaux sociaux. Des faits qui avaient été rapportés aux autorités.

Après sa mort, quatre écolières ont été mises en examen et placées sous contrôle judiciaire pour harcèlement scolaire ayant conduit au suicide. Les proches de l’adolescent se sont longtemps mobilisés, créant notamment l’association « Les Ailes de Lindsay ».

Depuis, l’enquête est toujours en cours, mais la famille de l’écolière affirme se sentir abandonnée par la justice.

Une cyberintimidation sans fin

La mort de Lindsay n’a pas mis fin à la cyberviolence endurée par l’adolescente. En février dernier, Betty Gervois, la mère de Lindsay, dénonçait dans les colonnes de JDD un cyberharcèlement qui se poursuit 9 mois après le drame.

“Sur les réseaux sociaux, des comptes anonymes continuent d’insulter Lindsay, partageant des photos d’elle accompagnées de messages indescriptibles”, a-t-elle déclaré.

«Certains écrivent que son frère est plus heureux sans elle, d’autres qu’elle ne manque à personne», explique Betty Gervois.

La meilleure amie de l’adolescente, Maïlys, a également déclaré être toujours victime de harcèlement.

Une affaire qui a ému même le gouvernement

Après la mort de Lindsay, sa famille a publiquement désigné le directeur de l’école comme l’un des responsables de la mort de l’adolescente. Betty Gervois, sa mère, avait porté plainte pour « non-assistance à personne en danger ». Elle a également intenté une action en justice contre le rectorat, les policiers et Facebook.

L’affaire avait ému la France jusqu’à l’Elysée. La mère de Lindsay avait été invitée par le ministre de l’Education nationale de l’époque, Pap Ndiaye, pour un entretien, et contactée directement par Brigitte Macron après lui avoir envoyé une lettre. Elisabeth Borne a de son côté promis de faire de « la lutte contre le harcèlement la priorité absolue pour la rentrée 2023 ».

Peu de temps après le drame, le gouvernement a pris des mesures, comme la mise en place de cours d’empathie et la création d’un numéro unique (3018).

Aujourd’hui, les proches de Lindsay restent mobilisés, notamment à la mémoire de l’adolescente. Un hommage lui sera rendu mercredi 15 mai à la salle des sports Guy Mollet de Vendin-le-Vieil.

Morgane Dubeau avec Mélanie Hennebique

Les plus lus

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV après l’annonce du décès de l’ancien maire de Marseille Jean-Claude Gaudin, une pluie d’hommages de la part des politiques
NEXT La livre sterling stable avant la baisse attendue de l’inflation