VIDÉO. « J’ai dû me l’avouer », l’ancien footballeur Ouissem Belgacem sensibilise les lycéens contre l’homophobie

VIDÉO. « J’ai dû me l’avouer », l’ancien footballeur Ouissem Belgacem sensibilise les lycéens contre l’homophobie
Descriptive text here

L’ancien footballeur Ouissem Belgacem a abandonné sa carrière sportive pour lutter contre l’homophobie dont il souffrait sur le terrain. Après avoir publié un livre et une série documentaire, « Farewell My Shame », il anime aujourd’hui des conférences pour lutter contre cette discrimination.

Après avoir mis fin à sa carrière de footballeur, ne supportant plus l’homophobie quotidienne qu’il vivait sur le terrain, Ouissem Belgacem a publié un livre, Adieu ma honte, en 2021, puis une série documentaire du même nom en 2023. Il raconte son combat contre les discriminations envers les joueurs homosexuels. Depuis, il tente d’ouvrir les esprits, comme lors de cette rencontre avec des lycéens de Vauvenargues, à Aix-en-Provence, sa ville natale.

Ce jour-là, les questions des étudiants se sont succédées. “Quand et comment es-tu sorti ?», raconte l’un d’eux. “Déjà, j’ai dû me l’admettre. Je me souviens encore du matin où je me suis levé, je me suis regardé dans le miroir et j’ai dit : « Je suis gay ». Cela m’a fait très peur parce que je savais que c’était vrai, mais je savais aussi que maintenant j’allais devoir y faire face.“, réponsesAncien espoir du centre de formation de Toulouse.

Pour Ouissem Belgacem, l’orientation sexuelle n’est pas un choix. Lui qui a tout tenté pour devenir hétérosexuel souhaite aujourd’hui briser ces préjugés envers ces lycéens. Ses paroles sont entendues par la jeune foule captivée. “C’est vraiment une inégalité qui doit absolument être résolue, et elle doit être résolue rapidement par le gouvernement comme pour le racisme.», nous a confié un étudiant.

Je pense que cela doit être encore plus normalisé. Le voir là-bas, j’ai trouvé ça vraiment touchant“, “J’ai trouvé sa vision super positive et optimiste. Dis-moi qu’à notre échelle, si on se mobilisait un peu plus, on pourrait faire changer les choses pour le mieux et à plus grande échelle», ajoutent deux autres lycéennes.

Son histoire convainc largement ces lycéens. L’ancien international tunisien les invite à se forger leur opinion sur ces sujets, au-delà de l’école et de la sphère familiale. “Pour beaucoup, ils ne peuvent pas en parler avec leur famille. Les enseignants ne disposent pas forcément des outils pour aborder ces sujets en classe. Donc, en fait, c’est réussir à créer une bulle lors d’une intervention, où ils peuvent poser toutes les questions qu’ils veulent sur le sujet. « Est-ce qu’on choisit notre sexualité ?, est-elle conciliable avec notre foi ? Si nous sommes gays, serons-nous victimes de discrimination toute notre vie ? etc.», nous explique-t-il.

Depuis qu’il a mis fin à sa carrière de footballeur pour cause d’homophobie, Ouissem Belgacem sensibilise le monde entier. Cette fois, c’est un professeur d’économie et de sciences sociales qui lui demande d’intervenir. “Il est bien sûr victime de discrimination. Dans son livre et dans son documentaire, il raconte qu’il a lui aussi été un acteur de discrimination. La position du harceleur harcelé peut varier selon les individus et il est extrêmement important que l’élève se pose la question de ce qu’il fait, dans quelle position il se trouve.», développe l’enseignant David Imbert.

Sa famille, originaire de Tunisie, est arrivée en France en 1972. Ayant grandi à Aix-en-Provence, Ouissem Belgacem a également mené la lutte contre l’immigration. Le 22 mai, il publiera son deuxième livre, Yamma. L’ancien sportif retrace l’histoire de sa mère, son combat pour fuir la Tunisie et rejoindre la France.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV ce que proposent ces résidents locaux
NEXT Une famille sans abri après un incendie à Beauport