pourquoi a-t-il été reconnu coupable du meurtre de Patricia Bouchon malgré l’absence de preuve ADN ? – .

pourquoi a-t-il été reconnu coupable du meurtre de Patricia Bouchon malgré l’absence de preuve ADN ? – .
pourquoi a-t-il été reconnu coupable du meurtre de Patricia Bouchon malgré l’absence de preuve ADN ? – .

Vendredi 10 mai 2024 à 23h41 – par
Thomas Fourcroy

Ce samedi 11 mai, France 2 diffuse son émission A la fin de l’enquête. Un numéro qui reviendra sur l’affaire de la joggeuse du Bouloc, Patricia Bouchon.

Le reste sous cette annonce

Ce samedi, après Laisser entrer l’accusé Il y a quelques semaines, En fin d’enquête sur France 2 se concentrera sur un cas particulier, celui de la joggeuse de Bouloc, Patricia Bouchon, sauvagement tuée en 2011. Un crime qui a eu son épilogue avec la condamnation d’un homme. Toutefois, une zone grise demeure.

Patricia Bouchon victime d’un crime sordide

Secrétaire dans un cabinet d’avocats, Patricia Bouchon était connue à Bouloc pour son jogging matinal. Le lundi 14 février 2011, c’est à 4h30 du matin qu’elle a quitté son domicile pour sillonner les routes de cette commune de Haute-Garonne. Problème, cette fois, la maman ne reviendra pas et n’ira pas non plus à son travail. C’est son mari qui va donner l’alerte. La police travaille sur la piste d’une disparition inquiétante, mais change rapidement de braquet. Plusieurs découvertes au bord d’une chaussée les inquiètent : bijoux, accessoires et cheveux ensanglantés. Tous appartiennent aux disparus. Mardi 29 mars, le corps de Patricia Bouchon a été retrouvé dans un ruisseau à Villematier, village du même département. Il témoigne d’une violence sordide. Son crâne a été fracassé et sa gorge bloquée avec un gant en latex. La position de ses vêtements suggère un viol.

Le reste sous cette annonce

L’énigme de l’ADN et l’homme au chapeau

Une trace ADN est prélevée sur le corps et très vite, on se demande si elle correspondra au constat fait quelques jours seulement après la disparition du joggeur. Un témoin a raconté à la gendarmerie avoir croisé une Renault Clio le matin du drame, circulant tous phares éteints. Un véhicule bouge étrangement, la banquette arrière baissée. Son chauffeur fut rapidement surnommé “l’homme au chapeau”. Pour certains, il s’agit de Laurent Dejean, qui possède effectivement une Clio. Considéré comme un homme spécial du village, ce plâtrier nie son implication. N’ayant aucun casier judiciaire, il a quand même été arrêté. Son passé de toxicomane et son état psychiatrique semblent être des points de bascule. Faute de sa correspondance ADN retrouvée sur le corps de Patricia Bouchon, il sera mis en examen pour homicide volontaire en février 2015. Malgré l’absence de preuves matérielles, il est condamné à 20 ans de réclusion criminelle en 2019. Il fait appel et fait face aux mêmes condamnation en 2021. Le 26 janvier 2023, la demande en cassation déposée par les avocats de Laurent Dejean a été définitivement rejetée.

Le reste sous cette annonce

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV l’histoire effrayante d’un récidiviste
NEXT « nous ne l’avons pas protégée » pour la sœur de Yasemin Cetindag, tué en 2020