“On n’imaginait pas que c’était si dangereux”, en Dordogne le choc des riverains après la noyade d’un jeune à Saint-Léon

“On n’imaginait pas que c’était si dangereux”, en Dordogne le choc des riverains après la noyade d’un jeune à Saint-Léon
“On n’imaginait pas que c’était si dangereux”, en Dordogne le choc des riverains après la noyade d’un jeune à Saint-Léon

La commune de Saint-Léon-sur-l’Isle devait célébrer ces fêtes votives ce week-end, mais l’heure n’est pas à la fête. Vendredi 10 mai, un jeune homme de 17 ans s’est noyé alors qu’il tentait de nager dans la rivière. Porté disparu depuis vendredi soir à 18 heures, son corps a été retrouvé le lendemain, ce samedi, vers 11 h 30. Il est resté coincé près du barrage Beauséjour. Un véritable choc pour le village.

“Les erreurs de jeunesse, on les fait tout le temps”

Lionel, le gérant du bureau de tabac est l’un des derniers avoir vu l’adolescent avant l’accident. “Je suis choqué, il était là juste devant chez moi, pour manger un morceau.” A la sortie de la boulangerie voisine, Marie-Jo, une des pensionnaires, apparaît tout aussi bouleversée. “Quand cela touche des jeunes comme ça, c’est encore plus poignant.» soupire le riverain. “J’ai deux petits-enfants, un garçon de 22 ans et une petite fille de 17 ans. Je ne peux pas imaginer le pire un jour.

Ce jeune de la communauté des gens du voyage avait sauté du petit pont près du skate park pour aller se baigner. Un endroit bien connu des locaux pour se rafraîchir.Nous faisons tout le temps des erreurs de jeunesse. Je l’ai fait. Je me suis aussi amusé dans l’eau, sur scène et au niveau de Meunier.”, soutient Marie-Jo. “C’est dramatique et je sympathise beaucoup et je pense beaucoup à la famille et à lui qui repose en paix.” Bruno, un ancien du village, le confirme : les enfants, les adolescents, tous les jeunes s’y baignent et ce depuis plusieurs générations. “J’ai fait des bêtises aussi, à 17 ans, on ne comprend pas le danger.

Recherches complexes

Cela est notamment dû à l’eau trouble et inondations récentes que le risque était plus élevé et que les recherches étaient si complexes explique la gendarmerie. Nicolas, employé au service technique de la ville, a participé aux recherches du corps. « Nous sommes venus ouvrir la serrure, mais il y a eu beaucoup de brouhaha. » Les équipes de police et de pompiers se sont mobilisées jusqu’au barrage du Moulin Brûlée, un kilomètre plus loin. Ce sont finalement les plongeurs d’Arcachon qui ont retrouvé le corps. Il était coincé dans un trou d’eau de trois à cinq mètres de profondeur juste à côté du lieu de l’accident. Aucune trace de choc, l’hypothèse que le garçon se soit cogné est a priori écartée. Mais l’eau était froide, dit la police “pas plus de 14-15 degrés”.

Ginette traverse la fête foraine déserte pour rentrer chez elle. « Mon petit-fils nage dans cette rivière chaque été. Nous ne savions pas que c’était si dangereux. Le maire a annulé les célébrations. Les manèges resteront éteints. Certains ont même déjà été désinstallés.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV depuis l’effondrement d’un coteau à Véretz, ils ne peuvent plus vivre dans leur maison
NEXT Isild Le Besco porte plainte pour viol contre Benoît Jacquot, après Judith Godrèche