« Nous devons revoir en partie ce que signifie être prêtre »

« Nous devons revoir en partie ce que signifie être prêtre »
« Nous devons revoir en partie ce que signifie être prêtre »

Dans « Vous n’abuserez pas » de la journaliste Camille Kraft, l’évêque évoque son hospitalisation à la fin de l’année dernière et les abus au sein de l’Église catholique.

Évêque de Lausanne, Genève et Fribourg depuis 2011, Mgr Charles Morerod a décidé de se confier. C’est dans un livre d’entretiens avec Camille Kraft, journaliste au Temps, qu’il a choisi de s’exprimer. «Je l’ai demandé», explique-t-il. Il revient d’abord sur ses soucis de santé à la fin de l’année dernière. A ce moment-là, il frôla la mort. « Pour nous, croyants, nous espérons voir Dieu. Ce n’est pas une Source de peur. Nous ne savons pas comment nous y ferons face lorsqu’il arrivera. Je me demandais si je devais en avoir peur ou si je devais le souhaiter.

Abus : « Nous ne sommes pas encore »

Interrogé sur les abus, il revient sur ce moment où il a voulu accélérer le rythme. « Nous donnons la première place aux victimes. J’ai rencontré des victimes quelques mois après mes débuts comme évêque et je me suis impliqué dans leur projet de création d’une commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église en Suisse. (…) Toutes les personnes qui travaillent dans mon diocèse doivent suivre une formation sur le sujet. Nous communiquons les questions que nous recevons à la police. Nous ne restons donc pas immobiles. Évidemment, cela ne suffit pas. Il appelle aujourd’hui à multiplier les approches pour mieux comprendre ce qui encourage les abus et les éviter.

Dans ces entretiens, il évoque également la place des femmes et l’ouverture de l’ordination. « Je pense que dans les églises, il y a toujours plus de femmes que d’hommes. J’ai essayé d’ajouter des responsabilités là où je peux. Mais je pense que lier responsabilités et être prêtre fait partie du problème. Cela encourage les abus à travers une sorte d’impunité. Nous devons revoir partiellement ce que signifie être prêtre », conclut-il.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Val-d’Oise. Un homme de 64 ans décède dans un accident d’ULM
NEXT dans la région de Kharkiv, les combats s’intensifient le long de la frontière avec la Russie