Réponse du président Talon à l’expédition de pétrole nigérien

Réponse du président Talon à l’expédition de pétrole nigérien
Réponse du président Talon à l’expédition de pétrole nigérien

Le président béninois Patrice Talon a confirmé la décision de son pays d’interdire l’expédition de pétrole brut nigérien depuis le port béninois de Sèmè

“Nous avons dit aux Chinois qu’il ne pouvait y avoir de bateaux dans nos eaux pour charger les produits nigériens, alors que le Niger a interdit tout commerce avec le Bénin en fermant ses frontières”, a déclaré le président Talon dans un entretien. à la télévision publique béninoise, mercredi 8 mai.

90 000 barils seront expédiés quotidiennement

Grâce à un pipeline de près de 2 000 kilomètres, le Niger a commencé à acheminer son pétrole brut vers le Bénin pour y être vendu sur le marché international par la société chinoise CNPC, principal actionnaire.

90 000 barils seront transportés chaque jour depuis le site d’Agadem situé dans la région de Diffa, au sud-est du Niger, près de la frontière tchadienne.

Les premières quantités de cette huile sont arrivées à Sèmè le 21 avril.

Dans un entretien accordé au journal en ligne nigérien « Aïr Infos », le Premier ministre nigérien de transition, Ali Mahamane Lamine Zeine, a indiqué qu’il appartient « d’abord aux Chinois de régler la question avec les Béninois », ajoutant que le Niger « s’en tient au contenu du l’accord » qu’elle a signé avec le Bénin pour l’acheminement du pétrole brut du port de Sèmè. »

Les relations restent tendues

Depuis le coup d’État du 26 juillet contre le président Mohamed Bazoum, les relations sont tendues entre le Niger et le Bénin.

Outre la fermeture par le Bénin de ses frontières avec le Niger, dans le cadre des sanctions imposées par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), les nouvelles autorités militaires ont critiqué le régime de Patrice Talon pour avoir autorisé le déploiement de forces étrangères, notamment françaises. , sur le territoire béninois, en vue d’une agression contre le Niger.

Ces autorités ont non seulement dénoncé l’accord militaire entre le Niger et le Bénin, mais ont également déployé un important dispositif de sécurité pour bloquer la principale route terrestre qui relie les deux pays.

Malgré la levée des sanctions de la CEDEAO contre le Niger en février dernier et la décision du Bénin de rouvrir ses frontières, le blocus est toujours maintenu.

Par Mohamed Ould SalemComité de rédaction – Casablanca

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Deux Canadiens reconnus coupables du meurtre de leur partenaire commercial
NEXT Connaissez-vous la théorie du Black Knight Satellite ? – .