les prévenus devront indemniser les victimes varoises et azuréennes à hauteur de plusieurs millions d’euros

les prévenus devront indemniser les victimes varoises et azuréennes à hauteur de plusieurs millions d’euros
Descriptive text here

Le tribunal correctionnel de Toulon a rendu ce vendredi matin son délibéré dans l’affaire dite des « photocopieurs chers » qui a fait près d’une centaine de victimes principalement dans le Var et les Alpes-Maritimes.

Reconnu coupable d’« escroquerie en bande organisée » et d’« abus de biens sociaux », le président de la société Var Solution Documents (VSD), basée à La Garde jusqu’à sa liquidation en 2015, a été condamné à deux ans de prison et une amende de 100 000 €.

L’entreprise avait développé des méthodes de démarchage sans scrupules pour placer les photocopieurs dans des associations, auprès de petits commerçants, artisans et autres professions libérales.

Une fuite en avant

Trompées par les vendeurs de VSD, les victimes ont souscrit des contrats de location longue durée pensant faire une bonne affaire. Ils étaient en effet endettés à hauteur de plusieurs dizaines de milliers d’euros auprès des organismes de crédit. Le coût d’un photocopieur a ainsi été multiplié par plus de dix par rapport à sa valeur marchande.

Une des techniques de persuasion mise en avant consistait à garantir au client sollicité le loyer bonifié du prêt à hauteur de 90% pendant les deux premières années de son engagement. Au final, il a suffi de remplacer le matériel via un nouveau contrat, ont promis les commerciaux. Une promesse – appelée « participation commerciale » – non viable pour l’entreprise.

Cette stratégie de suicide économique n’aurait servi qu’à procurer des revenus à court terme à la société VSD – et à son dirigeant qui ouvrait la voie – qui a fait faillite quelques mois après les premières plaintes déposées en 2014.

Des victimes « soulagées »

Le tribunal a condamné six anciens dirigeants et commerciaux de Var Solution Documents à des peines de prison allant de six mois à deux ans de prison avec sursis et à des amendes.

Mais aussi, l’ancien patron de VSD et ses coaccusés devront indemniser des dizaines de victimes pour un montant total avoisinant les 4 millions d’euros.

En prononçant l’exécution provisoire, le tribunal s’assure que ces sommes seront exigibles même si les prévenus font appel. “C’est un soulagement après dix ans d’attente”réagit Me Boris Ayache-Bourgoin, dans l’intérêt de la majorité des plaignants. « De la part de la justice, c’est une véritable marque de considération pour les victimes. »

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Addis, Valladont, deux médailles d’or à Nîmes aux Championnats d’Europe – Actualités – .
NEXT Plus que jamais, nous avons besoin d’un gouvernement uni