Jeremy Swayman déterminé à faire gagner les Bruins

Jeremy Swayman déterminé à faire gagner les Bruins
Jeremy Swayman déterminé à faire gagner les Bruins

Le gardien des Bruins de Boston, Jeremy Swayman, est en pleine ascension. Disputant sa quatrième saison dans la LNH, l’athlète de 25 ans attire l’attention par ses performances depuis le début des séries éliminatoires.

En février dernier, j’ai pu discuter dix minutes avec Swayman lors du All-Star Game à Toronto. Je connaissais Swayman pour ses exploits sur la glace. En 2020, il a remporté le trophée Mike Richter (meilleur gardien de but collégial) et a été finaliste du trophée Hobey-Baker (meilleur joueur collégial) avec l’Université du Maine. Dans la LNH, il a été sélectionné dans l’équipe All-Rookie (2022) et a remporté le trophée Jennings avec Linus Ullmark (2023).

Cependant, je ne connaissais pas Swayman, l’homme derrière son masque. Je peux vous dire sans me tromper que Swayman est mon préféré des derniers mois sur le circuit Bettman. Mon entretien avec lui m’a permis de découvrir un jeune homme poli, réfléchi, courtois, éloquent et déterminé.

D’ailleurs, cette envie de réussir était palpable lors de notre échange. « Dans mon monde, tous les matchs sont des matchs éliminatoires. Quand je suis dans cet état d’esprit, je n’ai pas peur et je ne suis pas nerveux. J’ai toujours pensé de cette façon et cela m’a toujours aidé dans les moments importants. C’est là que je m’amuse le plus.

Cette notion de plaisir semble aussi faire partie de la philosophie de Swayman. Il ne semble pas intimidé par les émotions que génère un match. «Je vis l’instant présent», m’a-t-il dit en riant. Mon travail consiste à gérer mes émotions et à rester calme. Je compte sur ma préparation mentale et physique ainsi que sur ma récupération.

Il a vécu des émotions l’an dernier lorsque les Bruins se sont effondrés dans leur série contre les Panthers après avoir perdu une avance de 3-1 dans la série. « La leçon apprise l’année dernière sera importante pour l’avenir », m’a-t-il dit lors de notre entretien à Toronto. Ce sera une Source de motivation.

Swayman est pleinement conscient de la pression exercée sur les épaules des joueurs de Boston. « J’accepte cette pression et j’aime ça. S’il n’y en avait pas, je serais en colère, dit-il avec un large sourire. Chaque joueur qui porte l’uniforme des Bruins est conscient des attentes. J’ai beaucoup d’admiration pour les dirigeants qui étaient là avant moi. C’est mon métier et celui des plus jeunes de transmettre cet héritage. Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour perpétuer cette tradition.

Né à Anchorage, en Alaska, Swayman a été inspiré par l’arrêt de Marc-André Fleury dans les derniers instants du septième match de la finale de 2009 entre les Penguins et les Red Wings. «Cet arrêt est encore frais dans ma mémoire», se souvient-il, qui considère le gardien québécois comme un modèle.

Une chose est sûre, les performances de Swayman lors de la série actuelle ont de quoi inspirer les plus jeunes comme Fleury l’a fait si souvent dans sa carrière. Le gardien des Bruins a le talent, le potentiel, la détermination et la gentillesse pour être un modèle à part entière.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Clémence a refusé de renouer avec Romain
NEXT Le coroner enquêtera sur le décès d’un détenu au centre correctionnel de Dalhousie