Communiqué de presse n°24/145 – .

Communiqué de presse n°24/145 – .
Communiqué de presse n°24/145 – .

L’équipe du FMI conclut un accord au niveau des services de la République démocratique du Congo pour la sixième revue de la facilité élargie de crédit et achève la mission de consultation au titre de l’article IV pour 2024

8 mai 2024

Les communiqués de presse de fin de mission contiennent des déclarations des équipes des services du FMI faisant état de leurs conclusions préliminaires après leur visite dans le pays. Les opinions exprimées dans cette déclaration sont celles des services du FMI et ne correspondent pas nécessairement à celles du Conseil d’administration du FMI. Sur la base des conclusions préliminaires de cette mission, les services du FMI prépareront un rapport qui, sous réserve de l’approbation de la direction, sera présenté au Conseil d’administration pour examen et décision.

  • L’équipe du FMI et les autorités sont parvenues à un accord au niveau des services sur la sixième et dernière revue de l’accord triennal au titre de la Facilité Elargie de Crédit (FEC). L’équipe du FMI a également achevé les consultations au titre de l’article IV.
  • La performance du programme a été globalement positive, la plupart des objectifs quantitatifs ayant été atteints et les principales réformes mises en œuvre, bien qu’à un rythme plus lent.
  • Avec la fin du programme actuel, des politiques économiques prudentes restent recommandées, notamment à travers une bonne coordination des politiques budgétaires et monétaires, soutenue par une meilleure gouvernance. Les autorités ont exprimé leur intérêt pour un nouvel accord et pour l’accès à la Facilité pour la résilience et la durabilité.

Kinshasa, RDC : Une mission du Fonds monétaire international (FMI) conduite par Calixte Ahokpossi s’est rendue à Kinshasa du 25 avril au 8 mai pour discuter des consultations au titre de l’article IV pour l’année 2024 et de la sixième et dernière revue du programme économique et financier de la République démocratique du Congo. (RDC) soutenu par un accord au titre de la Facilité Elargie de Crédit (FEC). Cet accord au titre du FEC, d’une durée de 3 ans et d’un montant de 1 066 millions de DTS (100% de la quote-part, soit environ 1,52 milliard de dollars), a été approuvé par le Conseil d’administration le 15 juillet 2021 (voir communiqué n°21/217) . La cinquième revue a été achevée le 14 décembre 2023 (voir communiqué n°23/453).

A la fin de la mission, M. Ahokpossi a fait la déclaration suivante :

« Les autorités de la République démocratique du Congo et l’équipe du FMI sont parvenues à un accord au niveau des services pour la conclusion de la sixième revue de l’accord FEC, sous réserve de validation par la direction du FMI. L’examen par le Conseil d’administration du FMI de cette revue et les consultations au titre de l’article IV sont prévus début juillet 2024. L’achèvement de la revue permettra un décaissement de 152,3 millions de DTS (un peu plus de 200 millions de dollars) pour renforcer les réserves internationales.

« La croissance du PIB réel est désormais estimée à 8,3 % pour 2023, soutenue par une forte croissance du secteur extractif. L’inflation est restée élevée, atteignant 23,8 % fin 2023, avant de retomber lentement à 21,2 % fin avril. En raison de l’augmentation des dépenses électorales et sécuritaires, le déficit budgétaire intérieur pour 2023 a dépassé les prévisions et a atteint 1,3 % du PIB, malgré de solides performances en matière de recettes au dernier trimestre. Les réserves internationales ont continué de se renforcer, atteignant 5,5 milliards de dollars, soit environ deux mois d’importations de biens et services fin 2023.

« La situation sécuritaire à l’Est et la période pré- et post-électorale ont eu un impact sur la mise en œuvre du programme soutenu par la FEC. Même si la plupart des objectifs quantitatifs du programme ont été atteints, le critère de réalisation relatif au déficit public n’a pas été respecté, principalement en raison de dépenses exceptionnelles de sécurité plus élevées que prévu. Le programme de réformes structurelles a progressé, mais à un rythme plus lent que prévu.

« Les discussions ont porté sur l’amélioration de la coordination des politiques économiques en réduisant les pressions budgétaires et en renforçant le rôle de la politique monétaire, tout en fixant une trajectoire budgétaire à moyen terme cohérente avec le financement disponible et la capacité politique. politique monétaire pour faire face aux impacts de la politique budgétaire. Les discussions ont également porté sur la mobilisation des recettes intérieures, la qualité et le niveau des dépenses sociales, ainsi que sur les efforts nécessaires pour renforcer la position extérieure de l’économie.

« La performance des revenus au cours des quatre premiers mois de 2024 est encourageante et les pressions sur les dépenses de sécurité restent élevées. Une loi de finances révisée pour 2024 doit intégrer l’impact positif de l’avenant au contrat avec la société minière SICOMINES récemment signé, tant en termes de recettes que de dépenses d’investissement. En outre, des mécanismes devront être mis en place ou renforcés pour garantir la bonne utilisation et la bonne gouvernance de ces fonds. La loi de finances révisée doit refléter ces changements et autres modifications du cadre budgétaire. Des plans d’engagement budgétaires révisés, conformes à ces objectifs, seront publiés.

« Le renforcement de la gestion des finances publiques reste essentiel pour continuer à mobiliser les recettes et améliorer la qualité et l’efficacité des dépenses publiques. Les services du FMI ont salué les progrès récents dans la mise en œuvre de la réforme des subventions aux prix des carburants, qui devraient contribuer à réduire les pressions budgétaires et à créer un espace pour les dépenses sociales visant à protéger les plus vulnérables. Il est essentiel d’améliorer la chaîne des dépenses, qui continue de présenter des lacunes importantes et des risques majeurs en matière de gouvernance.

« Même si la politique monétaire restrictive actuelle semble appropriée, les services du FMI ont salué la volonté de la banque centrale de prendre des mesures supplémentaires, si nécessaire, et ont souligné que les efforts visant à poursuivre la constitution de réserves internationales tout en préservant le rôle d’amortisseur du taux de change restent essentiels au renforcement des réserves internationales. résilience externe. Les discussions ont également porté sur les réformes en cours à la banque centrale pour améliorer les garanties, renforcer le cadre de politique monétaire, améliorer la supervision bancaire et soutenir l’inclusion financière.

« Pour sortir des fragilités et libérer le potentiel d’une croissance durable et inclusive, nous devons intensifier la lutte contre la corruption grâce à la transparence dans l’utilisation des ressources publiques, en renforçant le système judiciaire et l’application de la loi, et en améliorant le cadre de lutte contre le blanchiment d’argent et le terrorisme. financement en progressant dans la mise en œuvre du plan d’action convenu avec le GAFI ; des mesures doivent également être prises pour améliorer l’environnement des entreprises. Ces mesures sont essentielles pour soutenir le développement du secteur privé et promouvoir la diversification vers des secteurs économiques non extractifs.

« La mission remercie les autorités de la RDC pour leur forte coopération et leurs discussions constructives. »

Département de la communication du FMI
RELATIONS AVEC LES MÉDIAS

ATTACHÉ DE PRESSE: Nicolas Mombrial

TÉLÉPHONE:+1 202 623-7100E-MAIL: [email protected]

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV le match pour la quatrième place est plus serré que jamais… Découvrez le sondage Figaro du 29 mai
NEXT La gestion de l’offre fait-elle vraiment augmenter les prix des aliments au Canada ? – .