VIDÉO. Après le décès de son père, Claire, accompagnée de son compagnon Melvin, décide de rénover une vieille maison et de partager leur travail sur les réseaux sociaux

l’essentiel
Claire et Melvin se sont lancés dans un important projet de rénovation. Ensemble, ils rénovent la maison familiale de Bordes-Uchentein, laissée vacante depuis le décès du père de Claire. Les deux Toulousains ont décidé de partager cette aventure sur les réseaux sociaux.

Depuis six générations, le domaine du Lez situé au bord du Lez, à Bordes-Uchentein, appartient à la même famille. Cela ne va pas s’arrêter de sitôt grâce à Claire et Melvin. Ils n’avaient pourtant pas imaginé se lancer, à 27 et 28 ans, dans un projet de rénovation d’une telle ampleur. Mais parfois la vie en décide autrement.

Après sa retraite, le père de Claire est venu vivre dans la maison familiale : « Malheureusement, il y a environ deux ans, mon père est décédé. À partir de là, tout s’est accéléré pour le jeune couple qui envisageait, à ce moment-là, partir quelques années au Canada afin de « voyager un peu, découvrir autre chose, avant d’avoir une maison et des enfants », plaisante Melvin.

A partir de là, tout s’accélère pour les jeunes, qui vivent à Toulouse. « Cette maison, c’est un sujet qu’on avait à l’époque », confie la femme de 28 ans. « On se demandait ce qu’on allait faire mais à partir du moment où mon père est parti, on ne s’est plus posé la question de la même manière. Nous avons juste réfléchi à plusieurs façons de la garder.

Claire et Melvin, fiers de rénover la maison familiale.
DDM Damien Souille

Un souvenir toujours présent

Après réflexion et étant donné que leur vie est basée à Toulouse, la décision a été prise d’en faire un gîte. Tout en se réservant du temps pour inviter toute la famille et tous les amis et profiter de ce lieu si symbolique à leurs yeux. “Ici, je ressens encore sa présence et je pense qu’il aurait aimé que nous gardions cette maison et passions de bons moments en famille, tous ensemble.” Dans cette maison ancienne de 200 m² du Couserans, chaque recoin représente un souvenir pour Claire.

C’est donc avec ce lourd bagage émotionnel et avec une expérience quasi nulle dans les métiers du bâtiment que les deux amoureux ont décidé de se lancer dans des travaux de rénovation. « Notre objectif ici est également de rendre cette maison attractive pour nos futurs hôtes. Il faut qu’elle respire l’Ariège et nous ressemble », estime Melvin. Il y a un peu plus d’un an, le premier week-end de mai, les deux hommes se lançaient dans cette folle aventure.

Malgré leurs vêtements sales et leurs mains abîmées par cette rénovation, le couple aspire chaque semaine à l’arrivée du week-end, pour prendre la route et faire avancer le chantier. D’autant que ce travail a fait l’effet d’une véritable thérapie pour Claire : « J’ai fait un peu de psychologie suite au décès. Mais à un moment j’ai dit stop parce que ça ne marchait pas. C’est seulement quand je fais le travail et que je suis en Ariège que ça s’améliore.

Claire répare la porte d’une des chambres à l’étage.
DDM Damien Souille

Pour laisser l’empreinte de son père partout dans cette maison familiale, sans que cela soit trop marqué : « nous avons posé des carreaux en damier à l’entrée, nous avons aussi quelques éléments de décoration qui rappellent sa passion pour les échecs et le bridge. Comme ça, même s’il n’est plus là, il y aura un peu de lui partout.

« Profitez du Lez qui passe à quelques mètres de la maison »

Après un an d’allers-retours entre Toulouse et Bordes-Uchentein, le moins que l’on puisse dire, c’est que cela prend forme. En choisissant de tout refaire eux-mêmes, ils ont forcément été interpellés. Melvin se souvient : « Ce choix de faire cette rénovation nous-mêmes nous permet de choisir des matériaux plus nobles puisque nous ne payons pas de main d’œuvre. Après, il y a quand même un risque parce que c’est bien d’acheter quelque chose de beau, mais si on ne sait pas comment faire, ce qui est censé être beau au départ ne ressemble à rien.»

Pour l’instant, les deux Toulousains touchent du bois et n’ont pas rencontré de problèmes majeurs, à part peut-être une fois où la colle à carrelage a décidé de ne pas coller à cause du froid et de l’humidité ou encore pour raccorder l’évacuation des nouveaux toilettes de l’étage. dans un grand tuyau en céramique.

Un atelier bien rangé et bien équipé.
DDM Damien Souille

Avec la cuisine, la chambre principale et le salon-salle à manger presque terminés, les progrès sont visibles. « À l’intérieur, ce qui nous prendra encore du temps, ce sont les deux salles de bains. Pour le reste, ce sont des choses que nous avons déjà faites maintenant. A l’extérieur, nous venons de poser le gazon synthétique sur la terrasse et avec le beau temps, nous en profiterons pour profiter au maximum du Lez qui passe à seulement quelques mètres de la maison.

Même s’il reste encore beaucoup de travaux à réaliser, notamment au premier étage (composé de trois chambres et d’une salle de bain), Claire et Melvin sont fiers de réussir ce défi et de rendre hommage à ce domaine familial. Ils espèrent pouvoir ouvrir leurs portes à la fin de l’année. A cette époque, jusqu’à douze personnes pourront profiter de cet espace, avec également la possibilité de louer sans étage pour un couple, de nouvelles histoires s’écriront sans effacer celles qui se sont déroulées au domaine du Lez, depuis de longues décennies.

« Les personnes qui nous suivent sur les réseaux sont aussi un moteur pour nous »

Au-delà de ce projet de rénovation, Claire et Melvin souhaitent partager cette aventure avec le plus grand nombre. Pour cela, les Toulousains se sont lancés sur les réseaux sociaux. Claire explique les motivations de ce compte : « Au début, on faisait des vidéos pour nous-mêmes, pour les regarder plus tard et se souvenir de toute cette aventure. »

De fil en aiguille, la femme de 28 ans, ancienne responsable de communication, a décidé de poster des vidéos, des formats très courts et sans prétention puis petit à petit, des formats plus élaborés sont apparus pour donner quelques astuces mais aussi et surtout montrer l’avancement des travaux. Et même si Melvin n’est pas trop fan des réseaux sociaux, il se prend de plus en plus au jeu. « Les personnes qui nous suivent sur les réseaux ont aussi été un moteur pour nous. Nous recevons des messages positifs tous les jours, dès que nous postons une petite vidéo.

Des amis pour un coup de main

Avec cette communauté de 3 000 personnes, cela a aussi permis à Claire et Melvin de rencontrer d’autres créateurs de contenus spécialisés dans la rénovation et de trouver une nouvelle famille. Mais pour autant, ce que le couple de la Ville rose aime le plus dans cette aventure ariégeoise, c’est de pouvoir partager, que ce soit virtuellement ou physiquement.

Si les personnes qui les suivent sont un moteur, ils n’oublient pas, bien au contraire, l’importance de leurs amis au quotidien. « Il y a un an, nous ne parlions pas trop de ce projet avec eux, nous ne voulions pas les déranger. Mais finalement, ce sont eux qui se sont montrés intéressés par le projet et qui nous ont proposé leur aide », avoue fièrement Melvin. Début mai, des couples d’amis se sont succédé pour leur prêter main forte.

Avec la communauté sur les réseaux sociaux, leurs familles et leurs amis, cette rénovation correspond parfaitement à l’envie de Claire et Melvin : partager cette aventure et surtout créer des souvenirs pour que le domaine Lez, à Bordeaux- Uchentein, continue d’écrire son histoire.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV qui a remporté l’édition 2024 du télé-crochet de TF1 ? – .
NEXT après la grève russe dans un supermarché, le bilan s’élève à 11 morts