« à 35 heures, cela ferait 103 ans que je travaille »

« à 35 heures, cela ferait 103 ans que je travaille »
Descriptive text here

Par Yann André
Publié le

8 et 24 mai à 17h00

Voir mon actualité
Suivre Le Penthièvre

Magicien, sorcier, guérisseur, hypnotiseur, coach, charlatan ? Qu’est-ce qui pousse certaines personnes à parcourir des centaines de kilomètres pour atteindre cet objectif ? magnétiseur ?

Quant à l’auteur de cet article, c’est l’arrêt du tabac qui m’a motivé à franchir le pas et j’ai de la chance, Michel (ce n’est pas son vrai nom) n’a que 40 ans. à quelques minutes en voiture de chez moi, au Côtes-d’Armor.

Pour arrêter de fumer

J’ai dû le faire plusieurs semaines à l’avance afin d’organiser deux rendez-vous espacés d’une semaine. Une connaissance m’a recommandé cet homme. Grâce à lui, m’a-t-elle dit, elle arrêter de fumer pendant la nuit. « Mais il faut de la volonté, cela ne se fait pas tout seul », m’a-t-elle prévenue.

Alors me voilà, juste à l’heure, pays ouvert. J’aurais mieux fait de rouler plus lentement, puisque quatre personnes attendent déjà. « Il est en retard, mais c’est habituel », m’a dit un homme. C’est un peu comme aller chez le médecin ou chez le dentiste, quand même…

La pièce est dépourvue de toute décoration hormis quelques feuilles de papier accrochées aux murs : une charte du GNOMA (groupement national de médecine alternative), quelques poèmes, des textes sur les méfaits du tabac, un vieux conte indien sur l’amour et la vertu. …

“C’est assez magique”

« Je suis venu le voir il y a 22 ans pour verrues plantaires», m’explique une femme. « Et la salle d’attente n’a pas changé, c’est exactement la même… J’avais tout essayé, c’était mon dernier recours. Mes verrues ont disparu juste après. »

Cette fois, elle ne me dira pas pourquoi elle est là. « Je me souviens avoir vu une vieille dame brisée en deux par mal au dos. Elle pouvait à peine marcher. Je l’ai vue partir normalement. C’est assez magique. On m’a dit qu’il avait hérité de ses dons de son père… »

Vidéos : actuellement sur -

Un homme est là, comme moi, pour dire arrêter de fumer. Il fume depuis 40 ans un à deux sachets par jour. La ruine ! Il me raconte qu’il a déjà traversé la France dans l’espoir de trouver un traitement miracle. Rien ne fonctionne. Même avec des patchs, il continue de fumer… Il espère que cette fois ça marchera.

Un autre hausse les épaules. « Tu es là pour ça aussi ? » Il me répond : « J’aimerais bien, si seulement c’était ça, mais c’est beaucoup plus sérieux…” Je ne pousserai pas l’indiscrétion, il ne semble pas vouloir en dire plus.

Une présence magnétique

Deux heures passent. Je résiste à l’envie d’en griller un. Quand mon tour arrive enfin, je franchis une première puis une deuxième porte avant de faire face un petit hommepieds nus, âgé d’une soixantaine d’années, plutôt trapu et visiblement sportif, qui me regarde calmement.

” Pourquoi es-tu ici ? » Je lui réponds. Il enchaîne sans transition une litanie de lieux communs sur les dangers du tabac, rongeant ses mots, mais avec une force de conviction ce qui me donne l’impression d’avaler une bouteille d’eau.

A moitié abasourdie par cette avalanche de mots, me voilà sans aucune transition allongée sur le dos, les yeux fermés. Je suppose les mouvements de ses mains sur ma poitrine, ma gorge, mon front. Il continue de parler et, tout en m’encourageant, ordonne de sortir « toute cette crasse, ce tabac, ce goudron ».

Il place un cigarette entre mes doigts et il lui ordonne de tomber. Je sens mes paupières trembler, mes doigts perdre de leur force. Au bout d’une minute, le ridicule morceau de tabac roule par terre.

Et c’est tout ? Cette fois, oui. Il me recommande de prendre de la vitamine C et du magnésium. On se retrouve dans huit jours. Je paie 45 euros la séance et reviens.

Un vrai test

Je m’effondre le soir même, honteux. Une des meilleures cigarettes de ma vie. Le lendemain et les jours suivants, j’ai failli tenir le coup, avec un ou deux ici et là. Il semble qu’il ne faille que 48 heures pour battre la nicotine. J’atteins le cap des 30 heures avec une certaine fierté… Pas encore assez.

Pour ma défense, je viens de perdre un ami de mort violente. Cela me dérange, me hante, me réveille la nuit avec anxiété. Le tabac est alors mon meilleur ennemi. Si je pouvais partir en fumée, je pense que je le ferais. Mais j’ai deux enfants, je veux vivre pour eux.

Je reviens donc voir Michel, comme prévu, une semaine plus tard. Pendant ce temps, je gardais un goût nauséabond dans la bouche, comme si tout le tabac fumait depuis 30 ans je voulais sortir.

“Comment c’était?” » J’avoue pitoyablement souffrir le test. Je lui avais déjà parlé de la mort de mon ami, comprend-il. « Vous allez y arriver. Vous êtes ici parce que vous le souhaitez. Tu verras, tu verras N’hésitez pas après cela. »

Depuis plus de 103 ans !

Recommençons. Les mots sont plus clairs. Le rituel de la cigarette, les gestes, les mots réconfortants… Avec quelques nuances. «Je vois que vous avez surtout besoin d’apaisement», dit-il.

Ensuite, nous prenons le temps de discuter. Pas trop, car je sais que d’autres attendent. Il accepte que je raconte mon expérience dans un article mais préfère rester anonyme. Ce n’est pas qu’il ait quelque chose à cacher mais son emploi du temps est déjà surchargé. Le téléphone continue de vibrer.

« J’ai commencé il y a 42 ans mais j’ai calculé que si j’avais travaillé les 35 heures, j’aurais pratiqué pendant plus de 103 ans », plaisante Michel, dont le bureau affiche une maxime de Confucius : « Choisissez un travail que tu aimes, et vous n’aurez pas à travailler un seul jour de votre vie. »

A bientôt 65 ans, Michel a décidé qu’à partir de l’été prochain il ne travaillerait plus qu’à temps partiel. « Hier, j’ai commencé à 4 heures du matin et j’ai fini à minuit ! j’ai décidé de lever le pied mais c’est compliqué : quand quelqu’un m’appelle et que je le sais je peux l’aiderJe ne me vois pas le refuser… »

Il se lance ensuite dans une description de la parabole des talents du Nouveau Testament. Michel est un fervent chrétien. En gros : nous n’avons pas le droit de gâcher le dons reçus de Dieu. N’en déplaise à un prêtre extrémiste que j’ai interviewé il y a quelques années et qui considérait que les magnétiseurs étaient habités par le Diable.

Plus fort et plus calme

Ai-je réussi à arrêter de fumer ? Pas encore, pas complètement. J’ai réduit considérablement ma consommation, en divisant ma consommation par trois ou quatre. J’aurais probablement dû prendre les vitamines et le magnésium qu’il m’a recommandés, mais je n’ai pas été discipliné.

Il y a toujours la cigarette plaisir avec un café, après avoir mangé ou à l’apéritif. Toutefois, cette cigarette est de moins en moins agréable. De moins en moins indispensable.

Ce dont je suis sûr, c’est que je dors mieux. Je pleure encore la mort de mon ami mais je ne suis plus réveillé par angoisses. Je me sens plus fort, apaisé, comme guéri de mon chagrin.

Peut-être que j’irai consulter Michel une troisième fois. Pourquoi pas ? Il est trop tôt pour crier victoire mais pour une raison quelconque, j’ai l’impression que cela m’a fait du bien. Vraiment. Une belle rencontre lumineuse et énergisante.

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias préférés en vous abonnant à Mon -.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV à Soyaux Angoulême, c’est avec sa jeune garde que Béziers briguera un barrage à domicile
NEXT La série Netflix Bridgerton : Et maintenant, c’est fini