un sextoy qui est plus beau que bon

un sextoy qui est plus beau que bon
un sextoy qui est plus beau que bon

C’est avec beaucoup de curiosité que nous testons le Romp : est-il à la hauteur des envies qu’il suscite au premier regard ? Comme prévu, le silicone souple du sextoy ne fait que rendre l’expérience plus agréable. Une fois en main, le Pink glisse vers l’entrejambe et nécessite un petit ajustement pour trouver sa place. Car si la bouche de stimulation est fine, encore faut-il trouver de la place pour le diamètre de la rose.

Une fois le sextoy installé, on l’allume. On aime que Romp ait différencié les deux commandes : l’une arrondie et l’autre courbée. En revanche, cela ne donne pas l’effet escompté. En pratique, les boutons sont parfois difficiles à trouver et à actionner. Un panneau de contrôle sous le socle jaune aurait été plus naturel.

Soit. Une fois le sextoy en main, il ne bouge plus. Le premier niveau d’intensité réveille en douceur le clitoris. C’est même agréable de savourer quelques instants ces douces sensations avant d’intensifier les choses. Finalement, c’est ce que nous voulions… En effet, même à intensité maximale, le Romp Rose reste timide et il est tout à fait possible de maintenir cette sixième puissance sans se sentir mal à l’aise. Le stimulateur clitoridien produit des pulsations allant jusqu’à 8,3 m/s, contre 28,5 m/s pour le My Lubie Aura.

Pour pimenter un peu l’expérience, on choisit de changer de mode de stimulation. Parmi les quatre disponibles, deux se démarquent vraiment à notre goût et nous permettent de briser la routine. Evidemment, la routine a aussi du bon et Pink nous mène à l’orgasme sans broncher. Peut-être aurions-nous aimé être plus surpris…

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV New York | Donald Trump dans le Bronx pour un rassemblement rare
NEXT Décès de Marie-France Garaud, conseillère de Pompidou et Chirac