ce que l’on sait de l’embuscade contre un adolescent à Savigny-sur-Orge

ce que l’on sait de l’embuscade contre un adolescent à Savigny-sur-Orge
ce que l’on sait de l’embuscade contre un adolescent à Savigny-sur-Orge

Deux adolescents ont violemment agressé un jeune homme à Savigny-sur-Orge, vendredi 3 mai. Ce dernier a forcé leur victime à se déshabiller avant de lui uriner dessus lors d’une embuscade.

Un rendez-vous pris sur le réseau Snapchat pour acheter des cigarettes électroniques s’est transformé en une violente embuscade à Savigny-sur-Orge (Essonne), a appris BFMTV de sources policières et judiciaires, confirmant une information du Parisien.

• Un rendez-vous pour acheter des « puffs »

Vendredi 3 mai dernier, un adolescent de 17 ans s’est rendu à Savigny-sur-Orge pour une transaction. Peu avant, il avait échangé sur Snapchat avec une autre personne.

L’objectif de la rencontre ? Acheter des « bouffées » en grande quantité (cigarettes électroniques à usage unique, NDLR), dans le but de les revendre ensuite.

Le rendez-vous a eu lieu rue de la Tourelle, le long d’une voie ferrée. Mais arrivé sur place, l’adolescent s’est rendu compte qu’il était tombé dans une embuscade.

• La victime humiliée et violemment agressée

Deux adolescents de 15 ans l’attendent et se jettent sur lui avant de lui donner des coups de poing et de pied. Ils volent son téléphone portable et l’argent qu’il a pris pour la transaction.

Les deux agresseurs l’obligent alors à se déshabiller et à enfiler ses sous-vêtements, le font asseoir, et pendant que l’un filme la scène, l’autre urine dessus. Tous deux ont ensuite pris la fuite, tout en l’aspergeant de gaz lacrymogènes. L’état de la victime a été évalué à trois jours d’ITT.

• Deux suspects déférés

Les deux adolescents soupçonnés des faits ont finalement été interpellés, et déférés hier pour vol aggravé de deux circonstances : des faits commis en réunion, et avec violence.

Les actes de torture et de barbarie, qui constituent des actes criminels, n’ont pas été comptabilisés, selon les informations de BFMTV.

Ils ont été placés sous contrôle judiciaire, comme l’avait demandé le parquet d’Évry, en attendant de voir un juge des enfants fin juillet. Ce contrôle judiciaire leur interdit notamment d’entrer en contact entre eux ou avec leur victime, et de quitter leur domicile le soir via une mesure de couvre-feu.

Alexandra Gonzalez avec Alixan Lavorel

Les plus lus

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV quels progrès ont été réalisés en dix ans ? – .
NEXT « Chérie, voyons si la Rose… »