Stormy Daniels témoigne au procès de Donald Trump

Stormy Daniels témoigne au procès de Donald Trump
Stormy Daniels témoigne au procès de Donald Trump

L’ancienne star du porno Stormy Daniels a prêté serment et a commencé à témoigner mardi contre Donald Trump lors du procès pénal de l’ancien président des Etats-Unis à New York, dont elle est l’une des principales figures.

• Lire aussi : Le procès de Donald Trump : un moment clé pour l’élection américaine

• Lire aussi : Le juge menace à nouveau Trump de prison pour outrage au tribunal

L’actrice de 45 ans, de son vrai nom Stephanie Clifford, est entrée en milieu de matinée dans la salle d’audience bondée de Manhattan et s’est assise à la place des témoins, à gauche des jurés et face à Donald Trump.

Témoin clé dans cette affaire, Stormy Daniels a reçu 130 000 dollars à la fin de la campagne présidentielle de 2016 pour passer sous silence une relation sexuelle qu’elle prétendait avoir eue avec Donald Trump en 2006, un paiement caché au centre de l’affaire.

>

>

AFP

Elle devrait probablement témoigner plusieurs heures devant l’ancien président républicain qui l’accuse d’être une menteuse.

Le visage sombre, Donald Trump, 77 ans, est entré dans la salle d’audience un peu avant 9h30 mardi, à six mois de la prochaine élection présidentielle, où il rêve de vengeance contre le sortant Joe Biden.

“Nous souhaitons renouveler notre objection au fait qu’elle (Stormy Daniels) témoigne de tout acte sexuel”, a plaidé l’avocat du prévenu. “C’est excessivement dommageable”, a-t-elle ajouté.

La procureure Susan Hoffinger a répondu que les détails pouvaient être omis mais qu’il était « important d’établir qu’il y avait eu un acte sexuel et ce qu’elle a ressenti ».

Message supprimé

Depuis que le paiement a été révélé par le Wall Street Journal en janvier 2018, en plein mandat présidentiel de Donald Trump, ce dernier a toujours nié toute relation avec l’ancienne star américaine du cinéma pornographique. Il a attaqué sa crédibilité et lui a donné le surnom de « face de cheval ».

L’argent a été versé par l’ancien avocat du milliardaire républicain, Michael Cohen, via une société écran. Il s’est fait rembourser en 2017 par la holding de Donald Trump, la Trump Organization, des dépenses comptabilisées dans les « frais juridiques » qui sont au centre des poursuites.

Depuis le 15 avril, le candidat républicain à l’élection présidentielle de 2024 a comparu devant un jury pour 34 falsifications de documents comptables, ce qui pourrait lui valoir la première condamnation pénale d’un ancien président des Etats-Unis et, en théorie, une peine de prison.

Même s’il est reconnu coupable, il pourrait encore se présenter le 5 novembre contre Joe Biden.

Le paiement lui-même n’est pas contesté, mais les avocats de Donald Trump nient tout acte criminel.

Quelques heures plus tôt mardi, une publication du compte de Donald Trump sur son réseau Truth Social avait été supprimée. L’ancien président des Etats-Unis s’est plaint, sans le nommer, du témoin attendu mardi, protestant contre le manque de temps dont disposaient ses avocats pour préparer ce moment.

Le juge a interdit à Donald Trump d’attaquer publiquement des témoins ou des jurés en dehors de la salle d’audience et a déjà infligé dix amendes de 1 000 dollars, le montant maximum, pour autant de violations de cette interdiction. Lundi, il a menacé une deuxième fois de l’incarcérer s’il récidivait.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Solidarité au Québec | Un ultimatum qui dérange
NEXT Le prénom de cette maman rétro verra sa popularité monter en flèche en 2024