Renaissance dévoile son programme pour les élections de juin – Euractiv FR – .

La tête de liste de la majorité présidentielle, Valérie Hayer, a dévoilé lundi 6 mai son programme électoral dans la perspective du scrutin de juin 2024 – une sorte de répétition générale avant d’entrer en scène pour son deuxième grand rassemblement politique à la Mutualité. Mardi.

48 propositions pour « pour faire en sorte que l’Europe ne meure pas » : à cinq semaines des élections européennes, alors que la majorité présidentielle est à la peine dans les sondages, Valérie Hayer a présenté en conférence de presse un « un programme ambitieux » avec au cœur la souveraineté économique et diplomatique du continent face aux crises géopolitiques.

« L’Europe doit s’affirmer et mettre fin à sa dépendance vis-à-vis des puissances étrangères »qu’il s’agisse de l’énergie avec le gaz russe ou du militaire avec les Etats-Unis, martèle la tête de liste de Need for Europe, qui rassemble tous les partenaires de la majorité présidentielle.

Celui qui veut n’est pas indépendant

La liste s’engage à créer une force européenne de réaction rapide, soutient la proposition du commissaire européen au marché intérieur Thierry Breton de créer un fonds de 100 milliards d’euros dédié à l’industrie européenne de défense, et encourage la Banque européenne de (BEI), la bras financier de la Commission européenne, pour investir dans les armes.

Être indépendant, ça se mérite : l’heure est surtout à la sortie rapide et complète des hydrocarbures de Russie – alors que les importations russes vers la France se poursuivent, comme le révèle Le monde en février. Le triplement de la production d’électricité nucléaire en Europe, les investissements européens dans les petits réacteurs nucléaires de nouvelle génération et le développement des énergies renouvelables sont autant d’outils pour la relance de l’Europe. “son destin en main”estime Mme Hayer.

Un « Plan Europe 2030 » de 1 000 milliards d’euros sera mis en œuvre pour soutenir de telles ambitions « pour l’écologie, l’énergie, le numérique, la santé et la recherche »précise le programme.

L’eurodéputée Valérie Hayer et son groupe au Parlement européen, Renew Europe, sauront-ils tordre le bras à l’Allemagne et aux autres « frugaux », toujours réticents à dépenser plus ?

“Le monde a changé” explique le candidat, qui estime que le “tabou” d’un emprunt commun a été levé depuis l’adoption d’un plan de relance de 750 milliards d’euros, financé par la dette commune européenne, au plus fort de la pandémie de Covid en 2020.

” C’est urgent [à] investir dans la réindustrialisation de l’Europe, dans la production de médicaments [et] en technologies stratégiques […]. Je suis confiant dans notre capacité, une fois de plus, à faire bouger les lignes »affirme-t-elle, précisant que plusieurs outils sont à la disposition des dirigeants européens en plus de l’endettement : l’épargne citoyenne, l’investissement privé et l’augmentation des ressources propres.

Bouclier économique, bouclier démocratique

Qui dit souveraineté dit Europe qui s’affirme comme puissance économique et commerciale. Le parti d’Emmanuel Macron souhaite donc « imposer un bouclier commercial européen pour protéger les entreprises » et garantir, grâce à l’adoption de « clauses miroir » dans les accords de libre-échange, « garantir le respect des normes environnementales et sociales ».

Un argument qui rejoint les revendications des entreprises pour davantage de simplification administrative, et tente en même temps de répondre à la colère exprimée par les agriculteurs ces derniers mois face à la « concurrence déloyale » avec les pays tiers.

Enfin, pas d’Europe sans plus de démocratie : la fin du vote unanime des États membres au sein du Conseil européen sur les questions internationales et fiscales reste un sujet, même si ce n’est plus la priorité évoquée par Emmanuel Macron dans son discours de la Sorbonne de 2017 ainsi que dans le programme Renaissance pour les femmes européennes en 2019.

“L’ambition reste la même, mais ce n’est pas forcément un sujet qui intéresse les électeurs”souligne un officier haut gradé de Renaissance.

Il en va de même pour la création d’un « Bouclier démocratique contre les ingérences étrangères »ou encore un « Plan Simone Veil » pour protéger le droit à l’avortement et mieux protéger les droits des femmes partout en Europe, propositions qui figuraient déjà parmi les priorités du programme 2019…

“Ce n’est pas parce qu’on n’a pas réussi en 2019 qu’il faut abandonner”précise un membre de l’équipe de campagne, qui reconnaît que la composition du Parlement européen après les élections, vouée à basculer vers la droite, « n’est pas propice au progrès social ».

Grand débat européen : Jordan Bardella visé par ses adversaires

Alors qu’il avait jusqu’ici refusé de participer aux réunions avec les principales têtes de liste des européennes, le candidat du Rassemblement national (RN) était la cible privilégiée de ses adversaires, notamment à gauche, lors du grand débat de ce dimanche 5 mai. Résumé de deux heures d’échanges tendus, entre invectives et volée de bois vert.

« Un puzzle qui s’emboîte »

Le programme, sans surprise évidente et parfaitement aligné sur les propositions formulées par le Président de la République dans son discours « Sorbonne II » du 25 avril, fait suite à la présentation vendredi dernier (3 mai) des 30 premiers candidats de la liste – qui rend hommage aux députés européens sortants qui se sont illustrés lors du dernier mandat.

Il devrait également ponctuer les interventions lors du deuxième rendez-vous politique de Need for Europe à la Mutualité à Paris, mardi 7 mai.

3 800 personnes se seraient inscrites, selon Renaissance, pour une capacité maximale de 2 000 places. “Il va y avoir un débordement” dit un conseiller, qui souhaite voir un engouement populaire qui trompe “la petite musique qui démobiliserait notre électorat”.

« Ce sera un moment fort de la campagne », précise le directeur de campagne de Mme Hayer, Pieyre-Alexandre Anglade. Un moment auquel devraient assister presque tous les ministres, et notamment le premier d’entre eux, qui prendra la parole.

Liste des candidats, programme, débat contre Jordan Bardella la semaine dernière, meeting national : Renaissance est bel et bien en campagne.

[Édité par Anne-Sophie Gayet]

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Jorge Martin remporte le MotoGP-Sprint au Mans
NEXT Appel urgent à une action internationale face à la catastrophe humanitaire à Rafah