La mairie de Paris s’oppose à un projet de forage pétrolier en Seine-et-Marne

La mairie de Paris s’oppose à un projet de forage pétrolier en Seine-et-Marne
Descriptive text here

Eau de Paris souhaite suspendre l’arrêté préfectoral autorisant l’ouverture des travaux sur la concession d’hydrocarbures de Nonville. En cause, « la sécurité de l’approvisionnement en eau potable de la ville de Paris » avec l’extension du chantier de forage.

La mairie de Paris a dénoncé lundi 6 mai un nouveau projet de forage pétrolier, autorisé par l’Etat, en Seine-et-Marne, qui, selon elle, « menacerait » les captages de sa régie des eaux.

Ce projet “est un désastre environnemental potentiel, à l’heure où les ressources en eau sont de plus en plus menacées”, estime lundi la mairie dirigée par Anne Hidalgo dans un communiqué.

Le gouvernement « joue avec le feu »

Son exploitant, Eau de Paris, a déposé un référé auprès du tribunal administratif de Melun pour suspendre l’arrêté préfectoral du 30 janvier autorisant l’ouverture des travaux sur la concession d’hydrocarbures de Nonville, à 80 km au sud-est de la capitale, selon la demande transmise à l’AFP. Selon la mairie, comme la société pétrolière Bridge Energies, la décision devrait être connue dans les prochains jours.

Dans sa demande, Eau de Paris estime que l’extension du site de forage existant compromet « la sécurité de l’approvisionnement en eau potable de la ville de Paris », mais aussi « la biodiversité » et « la lutte contre le changement climatique ». .

Pour Dan Lert, député de la transition écologique et président d’Eau de Paris contacté par l’AFP, le gouvernement “joue avec le feu” car 180 000 Parisiens et Seine-et-Marnais reçoivent leur eau potable des deux captages situés à proximité du site pétrolier, en Villeron et Villemer.

“Je suis très en colère d’avoir appris que le gouvernement a discrètement autorisé deux nouveaux forages pétroliers à proximité de sources essentielles à l’alimentation en eau potable de la ville de Paris et des communes de Seine-et-Marne (…) C’est un potentiel écologique catastrophe pour autoriser les forages pétroliers dans une zone très vulnérable à la pollution», a-t-il ajouté au micro de BFM Paris Île-de-France.

Concession d’exploitation jusqu’en 2034

La société Bridge Energies est titulaire d’une concession pour exploiter le gisement actuel jusqu’en 2034 et exploite déjà trois puits, ouverts entre 2012 et 2014. Elle a obtenu de l’Etat d’en ouvrir deux autres, d’une profondeur de 1 500 m, à la suite d’une enquête publique.

Dans son avis, l’Autorité de l’Environnement formule un nombre important de recommandations, dont celle d'”analyser et prévenir les risques d’accident ou d’acte de malveillance conduisant à des déversements d’hydrocarbures qui pourraient atteindre le Lunain”, rivière classée Natura 2000.

Bridge Energies “ne souhaite faire aucun commentaire tant que le tribunal administratif n’aura pas rendu sa première ordonnance” sur le recours en référé, a indiqué à l’AFP son président Philippe Pont.

La société se présente comme le plus petit des 5 producteurs de pétrole français, avec pour seule concession celle de Nonville, où un seul des trois forages produit encore du pétrole, pour l’équivalent de 75 barils par jour. Découvert dans les années 1950, ce gisement a produit environ 5 millions de barils entre 1959 et 1994, selon Philippe Pont.

“Aucun commentaire” du ministère de l’Économie

En France, la production pétrolière représente 1% de la consommation nationale, dont les deux tiers sont produits dans le bassin parisien et le reste dans le bassin aquitain, en Gironde.

Contacté, le ministère de l’Économie n’a fait « aucun commentaire ». En février, le ministre de l’Industrie et de l’Energie, Roland Lescure, s’était déclaré favorable au projet de huit nouveaux forages pétroliers en Gironde alors qu’une loi de 2017 prévoit que l’exploitation des hydrocarbures sera progressivement interdite en France d’ici 2040.

Greenpeace France a condamné dans un communiqué “l’autorisation de nouveaux projets fossiles sur le territoire français par le gouvernement, en totale contradiction avec les acquis scientifiques et ses propres engagements”.

Les plus lus

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV La journée professionnelle « Etonnants Voyageurs » à Saint-Malo
NEXT Reconnaissance du « Temple de la renommée » du technicien Kulgam par la NASA et Apple – Rising Kashmir