L’UdeS réalise une réduction record des gaz à effet de serre

L’UdeS réalise une réduction record des gaz à effet de serre
L’UdeS réalise une réduction record des gaz à effet de serre

Concrètement depuis 2003, les émissions liées à la consommation énergétique de l’Université sont passées de 15 594 tonnes équivalentes de dioxyde de carbone à 3 583 en 2022-2023.

Durant cette période, le parc de logements et le nombre d’étudiants à l’UdeS ont plus que doublé, rapporte-t-on.

L’établissement d’enseignement supérieur affirme, dans un communiqué, avoir « atteint un nouveau record de réduction de son empreinte carbone ».

Pour parvenir à cette réduction importante, l’hydroélectricité pour le chauffage au moyen de pompes à chaleur, les automatismes, le gaz naturel renouvelable, la récupération de sources de chaleur et le recours aux énergies renouvelables sont notamment favorisés par le ministère des Bâtiments, note l’UdeS.

Un plan d’action de gestion environnementale 2023-2026 prévoit également des mesures et des objectifs en matière d’efficacité énergétique. L’UdeS souhaite également se positionner « comme la référence en gestion de l’énergie et en intégration des énergies renouvelables », selon ce plan.

Différents projets sont sur la table, dont l’optimisation des systèmes de chauffage situés à la Faculté des lettres et des sciences humaines et l’amélioration de la ventilation du pavillon Marie-Victorin.

« La synergie et la collaboration étroite qui existent entre les équipes d’exploitation et d’ingénierie permettront d’atteindre ces objectifs et de développer une expertise de haut niveau. Nous explorons également avec nos chercheurs l’intégration des technologies d’énergies renouvelables et de séquestration du CO2 », explique Chantal Couture, directrice générale du Service des bâtiments.

L’UdeS a atteint la neutralité carbone en 2022. Son objectif était initialement fixé à 2030.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV l’écart entre Glucksmann et Hayer plus étroit que jamais… Découvrez le sondage Figaro du 22 mai
NEXT l’essence et le diesel plus chers aujourd’hui