Les trois quarts des Français pensent que l’antisémitisme est un « phénomène répandu » dans le pays

Les trois quarts des Français pensent que l’antisémitisme est un « phénomène répandu » dans le pays
Les trois quarts des Français pensent que l’antisémitisme est un « phénomène répandu » dans le pays

Les actes antisémites ont augmenté de 1 000 % depuis l’attentat du Hamas en Israël le 7 octobre 2023, selon les données du Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France) publiées en janvier dernier. Une enquête réalisée par l’Ifop pour l’American Jewish Committee et la Foundation for Political Innovation confirme cette tendance à la hausse, qui conduit désormais une majorité de Français à dire qu’il s’agit d’un « phénomène généralisé »rapports BFMTV .

Une discrimination croissante

Pour arriver à ces résultats, l’Ifop a interrogé entre février et mars 2024 un échantillon de 2 003 personnes représentatif de la population française, ainsi qu’un échantillon représentatif de 500 Français se déclarant de confession juive ou ayant au moins un parent de confession juive. ou la culture juive. Ainsi, parmi l’ensemble des Français interrogés, 76 % estiment que l’antisémitisme est un problème. « phénomène généralisé ». Un chiffre qui s’élève à 92% chez les sondés juifs. Les premiers n’étaient que 64% et les seconds 85% à le penser en 2022.

77% des Français et 94% des Juifs français estiment même que cette discrimination est en augmentation par rapport à il y a 10 ans. Plusieurs causes viennent expliquer cette montée perçue de l’antisémitisme. 57% des Français et 73% des Juifs interrogés mis en avant « rejet, haine d’Israël »tandis que respectivement 45% et 56% mentionnent l’influence de « Idées islamistes ». Viennent ensuite trois autres raisons : « idées d’extrême gauche », “théories du complot”Alors « idées d’extrême droite ».

Les tensions israélo-palestiniennes comme catalyseur

Au-delà de cette perception, les événements du 7 octobre et leurs conséquences en Palestine apparaissent comme un moteur de la montée des tensions entre Français juifs et non juifs. 21% des personnes interrogées, dont 35% des moins de 25 ans, estiment qu’il est “justifié” que les juifs français sont pris à partie à cause de « leur soutien réel ou supposé au gouvernement israélien ».

De l’autre côté du miroir, 86 % des personnes de confession juive interrogées craignent désormais de subir un acte antisémite, et 25 % déclarent en avoir déjà subi un depuis le 7 octobre.

Pour faire face à cette situation, la ministre chargée de la lutte contre les discriminations Aurore Bergé a réuni ce lundi 6 mai 2024 des associations et des représentants des principaux cultes afin de mettre en place « fondements de la lutte contre l’antisémitisme ».

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV MARCHÉ INTERNATIONAL – L’once d’or à 10 700 000 ariary
NEXT Procès Trump : l’étape des témoignages se termine sans Donald Trump