pêche durable et situation actuelle

HIBAPRESS-RABAT-FAO

Afin de sensibiliser le public à la valeur de ce poisson et à la nécessité d’assurer sa conservation à long terme, l’Assemblée générale des Nations Unies a proclamé le 2 mai Journée mondiale du thon dans une résolution adoptée en 2016.

La situation actuelle

Plus de 7 millions de tonnes de thon et d’espèces apparentées sont capturées chaque année. Les thons grands migrateurs et les espèces apparentées représentent 20 % de la valeur marchande de toutes les pêcheries marines de capture et plus de 8 % de la production mondiale de produits de la mer. Ces poissons jouent donc un rôle essentiel dans le développement durable. , la sécurité alimentaire, les opportunités économiques et les moyens de subsistance des populations du monde entier.

L’importance du thon est vitale et il est nécessaire de mettre un terme à la surpêche.

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) note que la demande du marché pour le thon reste élevée et que la surcapacité des flottes thonières persiste également.

Face au déclin des stocks de thon résultant de la surpêche dans les océans, le Conseiller juridique de l’ONU souligne l’importance cruciale de la mise en œuvre efficace du cadre juridique international, tel que reflété dans la Convention des Nations Unies sur le droit à la mer.

Cette convention a été renforcée à plusieurs niveaux, notamment par le Code de conduite pour une pêche responsable, par l’Accord des Nations Unies sur la pêche et les stocks de poissons, avec les recommandations de sa deuxième Conférence d’examen, mais aussi par les résolutions annuelles de l’Assemblée générale sur la pêche durable et d’autres efforts de la communauté internationale aux niveaux mondial, régional et national.

Actuellement, plus de 96 pays participent à la conservation et à la gestion du thon, dont la valeur annuelle s’élève à près de 10 milliards de dollars américains.

Certains programmes de la FAO ont également commencé à montrer des résultats positifs dans la réduction de la surpêche. Cependant, ce n’est qu’en redoublant d’efforts que nous pourrons, à terme, parvenir à une gestion durable de ces ressources. Notre survie dépend aussi de celle des autres espèces, et aujourd’hui plus que jamais nous devons adapter nos modes de vie pour qu’ils soient en harmonie avec la nature.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV sa mort n’entraînera pas « la moindre perturbation dans l’administration » du pays, assure le gouvernement
NEXT qui est Mohammad Mokhbér, le vice-président qui succède à Ebrahim Raïssi ? – .