Pourquoi Colombe, sympathisante du RN, ne fera plus de bénévolat aux Restos du coeur

Pourquoi Colombe, sympathisante du RN, ne fera plus de bénévolat aux Restos du coeur
Pourquoi Colombe, sympathisante du RN, ne fera plus de bénévolat aux Restos du coeur

C’est une séquence qui a été vue par des millions de personnes sur les réseaux sociaux. Lors de la rencontre du 1er mai entre Marine Le Pen et Jordan Bardella à Perpignan, Colombe, 60 ans, explique, d’abord souriante, puis émue aux larmes, à un journaliste vidéo de TF1, pourquoi elle est venue écouter le président du Rassemblement national.

« Nous sommes arrivés dans un monde fou. Il faut absolument trouver des solutions, elle dit. Je suis au RSA et on a du mal à s’en sortir, on a du mal à vivre, on n’arrive pas à payer les factures, on a des huissiers, on a des menaces de tout. » « Aujourd’hui, c’est vrai qu’il n’y a qu’elle [NDLR : Marine Le Pen] qui sort pour dire : « allez, suis-moi, on va se battre » », indique celle qui se présente comme une conseillère en insertion professionnelle qui ne trouve pas d’emploi, et qui « aide les gens de la rue » en tant que bénévole aux Restos du coeur à Perpignan.

Les larmes de @plarrouturou Colombe. Rencontrez les militants RN venus écouter Jordan Bardella et Marine Le Pen à Perpignan. Du coup, Colombe, 60 ans, passe du rire aux larmes : « On est dans un monde de fou. Je suis au RSA. C’est dur à vivre. Ici, nous votons tous RN. Nous sommes tous en colère » Une rencontre aussi brève que significative que je partage avec vous en intégralité, sans aucun montage entre le « bonjour » et le « merci madame ». #sinformationsurtiktok#fyp#perpignan#bardella#rn#lepen#rsa#politics#colere#europeennes2024♬ son original – Paul Larrouturou

Ce témoignage, qui ne fait aucune référence à l’immigration, champ de bataille habituel du Rassemblement national, mais apparaît comme le symbole d’une France en détresse, a bien sûr été salué par Marine Le Pen. “Quand certains jours la bataille politique nous semblera difficile, il suffira de penser à Colombe, elle a réagi. Elle nous rappellera toujours pourquoi et pour qui nous nous battons. »

“Aucune procédure d’exclusion n’a été déclenchée”

Mais cela a également inspiré les réactions de la députée macroniste Astrid Panosyan qui a estimé que “c’est avec des femmes comme Colombe (…) que la République doit renouer”, quant au candidat communiste aux élections européennes Léon Deffontaines, qui a écrit au volontaire du “convaincre que le RN n’est pas le remède aux terribles maux qui (l’affectent)” mais « au contraire un faussaire de la question sociale ».

Mais, selon Le FigaroColombe aurait depuis été poussée vers la sortie des Restos du coeur en raison de son témoignage, qui a déclenché l’indignation des sympathisants du RN. “Aucune procédure d’exclusion n’a été déclenchée, indique Yves Mérillon, porte-parole national de l’association. Il fallait simplement un rappel oral des règles. Nous essayons d’en savoir plus au niveau local pour savoir exactement ce qui a été dit. Je ne sais pas si la personne s’est sentie poussée à partir, mais apparemment c’est elle qui a décidé de quitter les Restaurants. »

En effet, et c’est une particularité des Restos du cœur, dès son arrivée dans l’association, chaque bénévole signe une « Charte du Bénévolat », qui contient six engagements, dont« une indépendance totale vis-à-vis de la politique et de la religion ». “A la porte des Restaurants, nous abandonnons nos positions politiques et religieuses, c’est ainsi écrit dans le texte. Evitons toute confusion : si un bénévole est investi d’un mandat électif, il doit prendre congé en période électorale et ne pas utiliser l’image des Restaurants à des fins d’activité politique. »

« Faire travailler 75 000 bénévoles qui n’ont pas tous les mêmes avis »

“Nous avons bien sûr le droit d’avoir des activités militantes, explique Yves Mérillon. Mais il ne faut pas, dans ce contexte, évoquer son statut de bénévole dans les Restaurants. Nous avons déjà eu des candidats aux élections à qui il a fallu rappeler ce principe qui est très important pour nous car il nous permet de faire travailler ensemble 75 000 bénévoles qui n’ont pas tous les mêmes avis. »

En vertu de cette même règle interne de neutralité politique et religieuse, il est également arrivé que des restaurants refusent des bénévoles portant des signes religieux. A l’inverse, en raison d’un autre principe de la Charte, qui impose « respect et solidarité envers toutes les personnes démunies »les Restaurants se sont déjà séparés des volontaires qui refusaient de servir les sans-papiers.

Toutefois, précise Yves Mérillon, « La plupart du temps, cela se résout par le rappel au Règlement : la personne arrête de mentionner son bénévolat chez nous dans ses activités politiques et on en reste là. Là, il semblerait qu’elle ait préféré partir. Mais si elle avait voulu rester en respectant la charte, elle aurait pu continuer. »“Nous regrettons ce buzz totalement excessif, conclut Yves Mérillon, parce que cela met les volontaires mal à l’aise, à commencer, j’imagine, par la dame en question. »

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Un nouvel outil pour encourager la rénovation des maisons individuelles
NEXT Visa propose le partage de données client pour des recommandations personnalisées