à Aubagne, rencontre avec Louis Douard, le graveur du Garlaban

à Aubagne, rencontre avec Louis Douard, le graveur du Garlaban
à Aubagne, rencontre avec Louis Douard, le graveur du Garlaban

Il était une fois Louis Douard, né à Aubagne en 1939, il y a 85 ans. Si ça commençait par “une vie difficile», où il ne connaissait quasiment pas sa famille, grandissait dans un internat, et se retrouvait tout seul, à la rue à 16 ans, Louis a fini par trouver sa voie. Après un passage dans la case militaire, en Algérie, il se marie et devient père d’un petit garçon. Puis il va travailler dans la céramique, à la défunte usine Procéram, sur la route de Beaudinard. Mais c’est une autre histoire. plus tard, en 2005.

Cette année-là, les Aubagnais «amoureux de sa Provence et surtout de son Garlaban», se lance dans un sacré projet, faire revivre une pratique oubliée.Avant, aux XIXe et XXe siècles, les chevriers réalisaient des gravures sur la colline du Garlaban, où ils conduisaient leurs animaux.“, il dit. Mais pourquoi le faire ? « Marquez un peu leur territoire. Ils ne possédaient pas la terre, mais ils avaient chacun leur propre secteur », dit-il après avoir fait de nombreuses recherches sur son bien-aimé Garlaban.Nous avons retrouvé une vingtaine de pierres gravées d’une fleur, d’un serpent, d’une ancre flottante s’il avait servi dans l’armée, de noms, de dates…« En randonnée, il faut savoir où elles se trouvent si l’on ne veut pas passer à côté de ces pierres bien usées par le temps.Certains ont plus d’un siècle !

La Provence prend forme

Je voulais que la tradition ne se perde pas. Sauf qu’au lieu d’en faire un, j’en ai fait 120», dit Louis Douard en riant. En 2005, l’autodidacte s’empare de burins à froid, de gouges, d’un bouchardeur et d’un burin, et grimpe avec son sac de matériel de 14 kg sur le dos la colline de Marcel Pagnol. Il y passe des journées entières à gratter la pierre.Pour réaliser une petite gravure je viens tôt le matin jusque tard le soir, du moment qu’il fait clair“, il dit. Pour les dessins plus grands, il reste deux à trois jours dans la nature et y dort »,il est plus commode« .

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV OM. Ce que l’on sait de la fusillade qui a visé trois joueurs marseillais
NEXT Marché. Toulouse ouvre la porte au départ de son buteur Thijs Dallinga