le bilan s’élève à au moins 56 morts et 67 disparus

le bilan s’élève à au moins 56 morts et 67 disparus
Descriptive text here

L’État du Rio Grando do Sul a été dévasté par d’importantes inondations, y compris la capitale Porto Alegre. Au moins 56 personnes sont mortes, 74 blessées et 67 disparues, selon le dernier bilan des autorités.

Le bilan s’est alourdi samedi 4 mai au Brésil où des inondations ont dévasté depuis plusieurs jours l’État du Rio Grande do Sul, faisant au moins 56 morts et 67 disparus dans cette région du sud du pays où la capitale régionale Porto Alegre est fortement touchée. . Ce nouveau rapport a été communiqué samedi par la défense civile brésilienne.

Selon le gouverneur, l’État du Rio Grande do Sul connaît la « pire catastrophe climatique de son histoire » avec près de 300 localités touchées.

Près de 25 000 personnes ont dû évacuer

Les routes ont été coupées par les inondations et les communications sont interrompues dans cet État où il devrait pleuvoir au moins jusqu’à dimanche et les autorités ont donné l’ordre d’évacuer certaines zones de la métropole de Porto Alegre.

Le dernier décompte des autorités fait également état de 74 blessés et de 24 600 personnes qui ont dû quitter leur domicile, dont plus de 8 200 sont désormais hébergées dans des établissements comme des centres sportifs ou culturels.

Dans l’un d’eux, à Gravatai, au nord de Porto Alegre, Claudio Almiro raconte qu’en sortant de chez lui, il était « dans l’eau jusqu’aux hanches ». « J’ai tout perdu, confie-t-il.

La tâche des sauveteurs est redoutable, avec des villes entières pratiquement coupées du monde, rendues inaccessibles par les inondations.

Une catastrophe « sans précédent »

Des zones résidentielles noyées à perte de vue, des routes détruites ou des ponts emportés par le courant, sans compter les ruptures de barrages qui risquent d’aggraver encore davantage la situation : les dégâts humains et matériels sont considérables et surtout concentrés dans la région centrale de cet État limitrophe de l’Argentine et de l’Uruguay.

A Porto Alegre, la capitale régionale qui compte quelque 1,5 million d’habitants, la catastrophe sera “sans précédent”, a prévenu le gouverneur Eduardo Leite.

Vendredi, les rues du centre historique de la ville ont été à leur tour envahies par les eaux en raison de la crue exceptionnelle du Guaiba, fleuve emblématique du sud du Brésil.

Les autorités estiment que le niveau de Guaiba pourrait atteindre 5 mètres dans les prochaines heures. Le record historique, datant de 1941, est de 4,71 m.

« Malgré le gros effort de confinement, le barrage qui retient la rivière Gravatai (…) a recommencé à déborder. Les communautés doivent quitter la zone”, a écrit sur X le maire de Porto Alegre Sebastiao Melo, en référence à un autre fleuve qui traverse la ville.

L’aéroport international Porte Alegre a suspendu ses activités pour une durée indéterminée.

Les plus lus

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Après la victoire de l’Union, voici ce que pourrait changer le match entre Anderlecht et Bruges
NEXT Incident de Raisi, Biden convoqué à la Maison Blanche pour une réunion urgente