Décès de Michel Martineau, M. Jumpaï

Le chemin de l’homme de 59 ans s’est terminé après une bataille contre le cancer. Il a rendu son dernier souffle à son domicile du Saguenay, « entouré d’amour et de bons soins au cours des dernières semaines », a déclaré sa sœur Josiane en entrevue téléphonique.

Né à Laval, Michel Martineau est arrivé au Saguenay en 1987 pour poursuivre des études à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC). Il n’est jamais parti. « Il est tombé amoureux de la région », confie Josiane Martineau, rappelant que son frère était avant tout « un père extraordinaire de deux beaux enfants adultes. C’était un gars de famille.

Vélo, kayak, canot, ski de fond, randonnée pédestre. Quel que soit le moyen de transport, Michel Martineau a toujours trouvé la voie, et surtout le temps, pour s’approprier la nature. Il se lie également d’amitié avec André-François Bourbeau, auteur, professeur émérite à l’UQAC et membre du Laboratoire de recherche en plein air du Centre universitaire.

«Jouer dehors, c’était son mantra», a déclaré Josiane Martineau. Ce qui caractérise le plus mon frère, c’est son grand dynamisme, son leadership et son amour du plein air. Il allait toujours jouer dehors, toutes les quatre saisons.

>>>>>>

Michel Martineau est décédé à l’âge de 59 ans, aux petites heures du 2 mai.

(Jeannot Lévesque/Le Quotidien)

Le Saguenéen d’adoption a également lancé son entreprise dans les années 1990 avec son ami Marcel Savoie, sur le site de Cap-Jaseux. Parcours Aventures a précédé l’arrivée des différentes attractions, dont les parcours Arbre dans Arbre et la Via Ferrata.

“Va jouer dehors”

Une vision commune partagée par deux hommes a conduit à une amitié au cours des 30 dernières années. Pierre Lavoie, cofondateur du Grand Défi, a collaboré à de nombreuses reprises avec Michel Martineau. Le premier a même rendu visite au second ces derniers jours, jugeant important de le remercier « pour tout ce qu’il a fait pour la région et j’ai été heureux d’avoir ce dernier contact ».

«Il a été l’un de mes meilleurs ambassadeurs et le voir partir si tôt est triste», a admis Pierre Lavoie, à l’autre bout du fil.

«Le premier qui a dit ‘Va jouer dehors’, c’est Michel Martineau», scandait-il. C’était sa marque de fabrique. Il a toujours été impliqué dans les activités de plein air et il est l’un des premiers ambassadeurs de la vente de la nature. Il a toujours été cohérent en ce sens et il a mis le doigt sur la tête. Il faisait beaucoup bouger les jeunes et c’était sa priorité.

>>>>>>

Michel Martineau était un grand amateur de plein air, été comme hiver. (Josiane Martineau)

Pierre Lavoie a l’impression de connaître Michel Martineau « depuis toujours ». Les deux personnalités, physiquement actives, échangeaient régulièrement sur de nouveaux projets, de nouvelles idées, dans le but de faire rayonner le Saguenay et son fjord, partout au Québec.

«C’est une personnalité marquante dans la région en termes d’activité physique et Michel a beaucoup donné», a déclaré Pierre Lavoie. C’est un entrepreneur social comme moi. Oui, il avait une entreprise, mais sa priorité était avant tout de faire bouger les jeunes avec son produit. Avec Michel, c’était toujours oui. Nous avons beaucoup collaboré avec lui sur le Grand Défi parce que nous trouvions que ce qu’il faisait était extraordinaire. C’était un ami personnel, il m’appelait souvent. Il avait toujours des idées et il voulait que j’aille jouer dehors ! Il aura laissé sa marque dans le monde du plein air et ils étaient sa grande famille.

“M. Jumpaï”

Au cours des 20 dernières années, Michel Martineau est devenu M. Jumpaï. En devenant le premier au Canada à acquérir ces trampolines acrobatiques, il sillonne la région puis le Québec lors de festivals, d’événements caritatifs, de soirées promotionnelles ou corporatives.

De nombreuses personnes ont profité du Jumpaï, qui consiste à sauter sur un trampoline, attaché à des élastiques. L’ancien chroniqueur de Tous les joursRoger Blackburn, a également rédigé un article en décembre 2003 à l’occasion du 20e anniversaire du Jumpaï signé Michel Martineau.

« Il parcourait le Québec pour divertir petits et grands », se souvient sa sœur Josiane. Il a contribué à amasser des milliers de dollars pour différentes causes au fil des années, en plus de s’impliquer auprès du Grand Défi Pierre Lavoie (GDPL). Les trampolines acrobatiques Jumpaï, c’est ce qui a occupé la vie de mon frère ces 20 dernières années.

>>>>>>

Toutes les occasions étaient bonnes pour Michel Martineau de demeurer actif. (Josiane Martineau)

Une reconnaissance au Saguenay?

Décédé trop jeune, à 59 ans, Michel Martineau a laissé derrière lui une trace encore bien visible aujourd’hui. À cet égard, Pierre Lavoie a proposé que sa contribution soit reconnue de manière indélébile au Saguenay. Sur un site externe, bien sûr.

«C’était un gars exceptionnel et la région perd une personne exceptionnelle», a-t-il commencé par dire. Il était toujours de bonne humeur et plein d’énergie. Quand un gars comme ça part si tôt, ça nous rend triste. C’est un grand ambassadeur de la nature, il a si bien vendu le fjord. J’aimerais que Saguenay reconnaisse sa contribution d’une manière ou d’une autre. Il faut que ce soit sur le fjord, ou en plein air. Ce serait leamusant qu’on trouve quelque chose qui lui rendra hommage. Si j’étais maire de Saguenay, j’aimerais laisser une trace de son souvenir, à l’extérieur, en nommant quelque chose à son nom.

À noter que Michel Martineau était le cousin d’Yvan Martineau, une personnalité publique qui fait la promotion du vélo à la télévision, à la radio et sur les réseaux sociaux. Ce dernier a rendu un vibrant hommage au défunt en publiant un long message sur sa page Facebook.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Des simulateurs d’animation de la NASA tombant dans un trou noir
NEXT Ligue 1. Le classement final des buteurs et passeurs de la saison 2023-2024