La NASA étend ses installations de Wallops Island pour prendre en charge trois fois plus de lancements

Crédits images : NASA/Bill Ingalls sous licence NASA/Bill Ingalls.

La NASA lance une évaluation environnementale formelle de ses installations sur Wallops Island, en Virginie, afin d’augmenter de près de 200 % le nombre de lancements de fusées autorisés sur le site, selon des diapositives et des enregistrements d’une réunion interne du 29 avril consultés par TechCrunch.

Les changements proposés pourraient contribuer à réduire la congestion dans les autres ports spatiaux du pays, qui ont subi la pression d’une augmentation rapide de la capacité de lancement due principalement à SpaceX. Cette tension ne fera que s’aggraver à mesure que des entreprises, notamment Rocket Lab, Relativity, Blue Origin et d’autres, visent à mettre de nouvelles fusées en ligne au cours des prochaines années.

L’expansion de Wallops est probablement dans l’esprit des responsables de la NASA depuis un certain temps. Après que Rocket Lab ait effectué son premier lancement d’Electron à partir de là en 2022, les responsables de l’agence ont déclaré aux médias que l’intérêt des entreprises privées souhaitant se lancer à partir du site était « élevé ». Et même si ces plans seront éventuellement rendus publics dans le cadre du processus d’évaluation environnementale, c’est la première fois que l’ampleur des changements proposés est publiée.

L’évaluation environnementale de l’expansion sud de l’île Wallops (WISE EA), comme l’agence appelle l’entreprise, étudiera les conséquences potentielles d’une augmentation massive du nombre de lancements annuels de 18 à 52. L’étude prendra également en compte d’autres changements critiques apportés au site, comme l’eau. atterrissages sur barges des premiers étages des fusées et stockage sur place du méthane liquide, un nouveau carburant pour fusée. Pour bien comprendre les effets de ces changements, la NASA travaillera avec des sous-traitants qui effectueront des analyses acoustiques et examineront les émissions atmosphériques et les impacts sur la faune marine et locale.

L’analyse envisagera également la construction d’un maximum de quatre nouvelles rampes de lancement et l’installation d’un lanceur suborbital effectuant jusqu’à 30 tirs par an.

L’augmentation des lancements et des nouveaux mélanges de carburants autorisés est particulièrement notable. Aujourd’hui, sur les 18 lancements annuels autorisés au WFF, seuls six peuvent impliquer des fusées à combustible liquide, les 12 autres étant des fusées à combustible solide. Les moteurs qui propulsent Electron, le lanceur de Rocket Lab qui décolle de Wallops, utilisent une combinaison d’oxygène liquide et de RP-1, un kérosène hautement raffiné.

La nouvelle analyse autoriserait 52 lancements par an et permettrait un mélange de carburants comprenant également du méthalox, un carburant pour fusée composé d’oxygène liquide et de méthane liquide. Methalox est devenu le système propulsif de choix pour les fusées de nouvelle génération, notamment le Starship de SpaceX, le Neutron de Rocket Lab, le Terran R de Relativity Space et le New Glenn de Blue Origin.

Une diapositive montrant les modifications proposées. Crédits images : TechCrunch (capture d’écran de la NASA)

L’un des moteurs de l’expansion proposée est l’augmentation de la cadence de lancement de ces sociétés. (Bien que Relativity n’ait divulgué publiquement aucun projet de lancement depuis Wallops, la société, ainsi que Rocket Lab, ont été répertoriées comme les deux « agences participantes ».)

Le site Wallops est devenu particulièrement important pour les projets de Rocket Lab visant à commercialiser Neutron d’ici la fin de cette année. En 2022, la société a annoncé il avait choisi l’île de Wallops comme futur foyer de la première rampe de lancement et de l’installation de production de Neutron, revendiquant ainsi l’avenir de l’île. Les plans de récupération de Rocket Lab pour Neutron incluent également l’atterrissage du booster en aval, sur une barge en mer.

L’une des diapositives de la présentation de Miller montre une prévision de lancement du WFF jusqu’en 2032. Il n’est pas clair si les données sur la diapositive ont été fournies par des sociétés privées ou si elles proviennent d’estimations internes de la NASA, et la NASA n’a pas immédiatement répondu à la demande de commentaires de TechCrunch. mais il répertorie environ cinq vols annuels Neutron par an jusqu’en 2030. Il répertorie également environ cinq lancements de Firefly et du MLV de Northrop à cette date.

Crédits images : TechCrunch (capture d’écran de la NASA)

Les évaluations environnementales sont essentielles : elles garantissent que la NASA et ses partenaires commerciaux respectent les réglementations environnementales liées aux émissions atmosphériques, aux impacts acoustiques et aux effets sur la faune locale. Ils constituent également un lieu essentiel pour recueillir les commentaires des parties prenantes, y compris du public. La mise en place d’une évaluation environnementale est vitale pour des entreprises comme Rocket Lab, ainsi que Firefly Aerospace et Northrop Grumman, qui développent ensemble un lanceur moyen.

La NASA a réalisé une déclaration d’impact environnemental programmatique (PEIS) pour le site de Wallops en 2019, mais comme l’a déclaré Shari Miller, responsable de l’agence, lors de l’appel, la croissance prévue de l’activité sur l’île « dépasse les chiffres qui ont été analysés » pour ce document. Certaines actions proposées n’ont pas du tout été abordées dans le document de 2019, comme l’atterrissage d’une fusée sur une barge d’eau. Miller a déclaré que la NASA entreprenait simultanément ce que l’on appelle une « réévaluation écrite » de l’évaluation de 2019 pour comprendre si des évaluations environnementales supplémentaires sont nécessaires pour permettre le stockage du méthane liquide et pour autoriser les essais d’incendie statiques des moteurs méthalox au WFF. Cela autoriserait ces actions pendant deux ans et, surtout, agirait comme une sorte de mesure temporaire pour faciliter le déploiement de Neutron par Rocket Lab. L’EA WISE complète s’étendrait sur 10 ans complets.

En raison de la portée des différentes évaluations environnementales, le processus complet d’ÉE devrait prendre environ 18 mois, par diapositive, le document final étant publié en décembre 2025.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV quels sont ces dix sites fermés au public que vous pourrez bientôt visiter
NEXT Florian Héisset (Bressuire) est le nouveau Soulier d’Or