Proligue Handball. Billère – Sélestat, que la fête soit belle

Proligue Handball. Billère – Sélestat, que la fête soit belle
Proligue Handball. Billère – Sélestat, que la fête soit belle

Depuis le début de la semaine, on parle beaucoup de l’avenir dans le monde du handball billois. Bientôt, nous n’aurons même plus besoin d’utiliser un tel terme. La disparition du Billère handball a été annoncée pour laisser la place au Pau-Billère handball la saison prochaine. Dans certaines civilisations, les gens célèbrent…

Depuis le début de la semaine, on parle beaucoup de l’avenir dans le monde du handball billois. Bientôt, nous n’aurons même plus besoin d’utiliser un tel terme. La disparition du Billère handball a été annoncée pour laisser la place au Pau-Billère handball la saison prochaine. Dans certaines civilisations, les gens célèbrent la disparition d’un être cher. C’est un peu le défi que propose ce Billère-Séléstat. Billère est mort, alors célébrons son décès en célébrant. Quand vient le temps de célébrer la naissance de son descendant, Pau-Billère.

Fin de cycle

La disparition du bientôt défunt BHB marque la fin d’un cycle dit de « reconstruction », lancé par les dirigeants il y a un peu plus de 5 ans. A cette époque, le Billère HB venait de frôler la mort après une descente en N1. Immédiatement remonté en Proligue, le BHB a retrouvé de la santé. A la fois sportif, en s’imposant comme une équipe de référence du niveau, et financier. Le seul regret est que l’équipe n’ait jamais réussi à se qualifier pour les playoffs en fin de saison, non sans s’en être rapprochée à plusieurs reprises. “C’est effectivement un gros regret pour moi”, explique Daniel Deherme qui termine également son cycle et dirigera pour la dernière fois son équipe au Sporting d’Este.

Il ne faut pas se prendre pour ce qu’on n’est pas, depuis 4 ans on a la dernière ou l’avant-dernière masse salariale, donc on est à notre place

Celui qui restera comme le dernier entraîneur de Billère HB, dit-il volontiers, aurait aimé quitter ses fonctions avec une qualification. Contre la malchance, il se montre bienveillant : « Chaque fois qu’on avait l’occasion de jouer quelque chose, on ratait le coche. C’est ennuyeux, mais n’oublions pas d’où nous venons. Et de rappeler à tous le début de saison : « On a su revenir de l’enfer, mais ensuite on n’a jamais su être des tueurs. C’est simplement symptomatique d’une équipe de milieu de table, car c’est ce que nous sommes. Il ne faut pas se prendre pour ce que l’on n’est pas, depuis 4 ans nous avons la dernière ou l’avant-dernière masse salariale, donc nous sommes à notre place. Nous sommes même au-dessus, puisque nous avons gagné le respect de la division et avons réussi à remplir à nouveau le Sporting d’Este en produisant du jeu et des résultats.

Opportunités ratées

Cette 4ème saison est cependant la première où Billère est hors-lice pour les playoffs avant les finales. « J’ai le sentiment qu’il y avait quelque chose à faire, finalement ça s’est soldé par peu lors de plusieurs matches décisifs : Tremblay, Pontault, Istres, Frontignan… Dommage. Il nous reste un objectif essentiel : faire la fête en dernier au Sporting, remercier nos supporters et célébrer ceux qui partiront dans un mois. A commencer par le BHB qui disparaîtra de l’affiche.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Journée mondiale de l’enfance : « L’intuition d’Alessandro »
NEXT Que s’est-il passé lors des incidents entre supporters ? La première chronologie des événements