A Arzon, le tumulus de Tumiac connaîtra droit à des aménagements « subtils »

A Arzon, le tumulus de Tumiac connaîtra droit à des aménagements « subtils »
Descriptive text here

Avec plus de 6 000 ans d’histoire, le tumulus de Tumiac a beaucoup vu, et il n’est pas prêt d’être abandonné. Poursuivant les enjeux de conservation des monuments mégalithiques, en vue du dossier UNESCO, son cousin, le cairn du Petit Mont verra naître un nouveau bâtiment d’accueil et de médiation dont les travaux débutent en mai 2024. Bien que son accès soit fermé, Tumiac est pas en reste et aura également droit à quelques pompons.

Prioriser la conservation ou la sécurité ?

Elle a finalement eu droit à un grand assainissement, en 2022. Menés par la Direction régionale des affaires culturelles (Drac) et par les Architectes des Bâtiments de France, les services techniques de la mairie d’Arzon avaient déblayé la surnommée « la Butte de César ». . « Son état de conservation n’est pas suffisamment nuancé », explique Victoire Doris, directrice de Megalith Landscapes. À l’intérieur, des effondrements empêchent les scientifiques d’effectuer des analyses et empêchent tout visiteur d’entrer. “C’est malheureusement un danger pour les promeneurs et pour lui-même.” Le chemin qui mène à Tumiac est toujours accessible. L’Agglo apporte également sa contribution à travers des personnes en insertion professionnelle : « Golfe du Morbihan Vannes agglomération s’occupe de l’entretien spécifique des pierres sèches », ajoute Victoire Doris.

Si le tumulus de Tumiac subit le cours du temps, la mairie d’Arzon semble porter le poids du dossier et des soins à apporter. « Nous y allons étape par étape. Il y a eu des discussions récemment, mais l’étude d’aménagement est toujours en cours », a déclaré Frédérique Gauvain, maire de la ville, sans plus de précisions. Pour éviter d’endommager davantage le site, une option sans humains n’est pas exclue : les moutons. Mais qu’en est-il de la sécurité des animaux et des conséquences du piétinement ? « A terme, si l’option est retenue, ce sera uniquement sur le périmètre du site », précise Victoire Doris.

« Développements à faible impact »

Dans une démarche de médiation de Tumiac, avec ses 56 mètres de diamètre et ses 15 mètres de hauteur, quelques ajouts sont envisagés, mais pas encore réalisés. « Il y aura des aménagements à impact minime pour le monument », révèle Victoire Doris. Par exemple, les panneaux d’information ou la signalisation sont abordés. Tout cela sera subtil. Malgré sa simplicité extérieure, le site de Tumiac est un site d’intérêt archéologique mondial, au même titre que les tumuli de Carnac et Locmariaquer, pour leurs techniques de construction uniques. Fouillé en 1853 par la société Polymathique du Morbihan, le monument a révélé des objets d’une grande valeur historique, parmi lesquels des haches en jadéite et des bijoux en variscite.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Les pompiers de la région pratiquent leur sauvetage en hauteur sur le chantier du futur hôpital
NEXT Un Cachemirien de 22 ans entre au « Temple de la renommée » de la NASA