« J’ai réalisé que je représentais un danger majeur… » Pourquoi certains volontaires se retrouvent exclus des Jeux

« J’ai réalisé que je représentais un danger majeur… » Pourquoi certains volontaires se retrouvent exclus des Jeux
« J’ai réalisé que je représentais un danger majeur… » Pourquoi certains volontaires se retrouvent exclus des Jeux

l’essentiel
Les concernés, dont la sélection avait été initialement retenue, viennent d’être informés qu’ils ne pourront finalement pas participer à l’aventure olympique l’été prochain en France (26 juillet-11 août).

« Nous avons le regret de vous informer que nous ne pourrons plus vous compter parmi les volontaires de Paris-2024. » Ce sont des Russes ou des Biélorusses, et ils avaient été choisis comme volontaires pour les Jeux olympiques, avant d’être brusquement rejetés, pour des raisons de sécurité. Et ils le vivent mal.

Pour Diana, une Russe vivant en France depuis 2019, l’annonce fin 2023 de sa sélection comme volontaire pour les JO était “le plus beau cadeau de Noël de tous les temps”. Elle, qui avait travaillé bénévolement pour les Jeux olympiques de Sotchi en 2014, souhaitait partager son expérience et contribuer au « grand événement » de Paris.

Lire aussi :
JO Paris 2024 : « Nous avons un match à Lille le lendemain… » Rudy Gobert ne pourra pas être porte-drapeau à cause d’un… problème de calendrier

Diana a ensuite assisté à un congrès de bénévoles en mars et a suivi une formation. Son uniforme devait arriver en mai. Mais un récent courriel lui a dit qu’elle ne se lancerait pas dans l’aventure. “Un avis défavorable a été émis à votre encontre”, lui a fait savoir le programme des volontaires Paris-2024, citant le “code de sécurité intérieure” français.

« La mission acceptée ne vous est donc malheureusement plus confiée et vous ne recevrez plus de communications de nos services. » « J’ai réalisé que je représentais un danger majeur pour ce pays », raconte la jeune femme de 31 ans, qui travaille dans une grande entreprise française.

Lire aussi :
JO de Paris 2024 : une étonnante reconversion professionnelle… L’ancien champion olympique Jason Lamy-Chpuis devient pilote chez Air France

«Mais je ne sais pas pourquoi», témoigne-t-elle, tout en demandant que son nom de famille ne soit pas divulgué. De nombreux volontaires russes et biélorusses, sur les réseaux sociaux, affirment avoir reçu des mails identiques. Depuis, ils oscillent entre colère et perplexité.

Les « regrets » russes

Leur suspension brutale s’explique au regard du risque sécuritaire qui pèse sur les JO, dont Paris, allié de Kiev, craint que Moscou ne les entretienne, alors que la guerre menée par la Russie contre l’Ukraine n’en est qu’à ses balbutiements. sa troisième année. En avril, le président français Emmanuel Macron avait indiqué qu’il n’avait “aucun doute” que la Russie ciblerait l’organisation des Jeux olympiques, “y compris en termes d’information”, alors que la France dénonce depuis des mois une campagne de désinformation russe menée contre elle en ligne.

Lire aussi :
JO Paris 2024 : nouveau vol d’ordinateur chez un organisateur d’événements, à Lille

Des accusations qualifiées de « non fondées » par le Kremlin. La Biélorussie étant alliée de la Russie, ses athlètes, comme les Russes, ne peuvent participer à l’événement que sous drapeau neutre. “Nous contrôlons absolument tous ceux qui s’approchent des Jeux olympiques”, avait déclaré en mars le ministre français de l’Intérieur Gérald Darmanin, ajoutant qu’environ 800 personnes qui “n’avaient pas de bonnes intentions” avaient alors été exclues. Sur les 300 000 personnes qui ont postulé pour devenir volontaires aux Jeux olympiques (26 juillet-11 août) et paralympiques (28 août-8 septembre), seules 45 000 ont été sélectionnées.

Interrogé par l’AFP spécifiquement sur le cas des volontaires russes et biélorusses, le ministère français de l’Intérieur a refusé de commenter. “Nous ne pouvons qu’exprimer nos regrets”, a réagi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, ajoutant que les organisateurs privaient les invités russophones des Jeux de l’aide de bénévoles “qui pourraient au mieux les aider”. .

Lire aussi :
Paris 2024 : « Cassez-leur la gueule ! Alexandre Loukachenko exhorte ses athlètes à montrer qu’ils sont de « vrais Biélorusses » pendant les JO

Dzmitry Chaliapine, un Biélorusse de 19 ans étudiant à la Sorbonne, a déclaré avoir pleuré cette semaine en apprenant son rejet. « Ils nous traitent comme des terroristes devant le monde entier », déplore-t-il. “Cette situation est un cadeau pour Poutine et sa propagande”, tonne une Russe de 45 ans, dont la candidature a également été suspendue, bien qu’elle ait obtenu l’asile en France après l’invasion russe de l’Ukraine et qu’elle ait remis son passeport russe.

“Dilemme”

Alors que « le sport est l’antithèse de la guerre », cette décision ne fera que renforcer le discours du président russe Vladimir Poutine, pour qui l’Occident est en guerre contre la Russie, juge ce professeur de langues qui demande l’anonymat. Ekaterina Pimenova, une résidente de Saint-Pétersbourg de 18 ans, s’est inscrite comme volontaire aux Jeux Paralympiques. Elle affirme avoir dépensé environ 2 000 euros en billets d’avion aller-retour et en hébergement en France. Puis le mail de refus lui est parvenu.

Lire aussi :
VIDÉO. JO Paris 2024 : « Un jour, si les Jeux étaient un peu plus responsables… » Pourquoi une association refuse de porter la flamme olympique

« Je ne sais pas pourquoi c’est arrivé. Je n’ai pas de casier judiciaire», demande Mme Pimenova, qui a étudié le français pendant 12 ans et dit admirer la culture française. La France veut jouer la carte de la sécurité, estime Mark Galeotti, expert des services de sécurité russes. “Cependant, le dilemme reste : faut-il pécher par excès de prudence et finir par exclure des personnes totalement innocentes, ou s’il faut se montrer généreux et risquer de laisser entrer des agents russes.” Jules Boykoff, professeur de sciences politiques à l’Université du Pacifique dans l’Oregon, s’interroge sur une éventuelle « discrimination » à l’encontre des Russes.

Depuis le début de l’invasion de l’Ukraine par Moscou, de nombreux Russes résidant en Occident ont été touchés par les conséquences des sanctions occidentales. Certains ne peuvent pas ouvrir de compte bancaire, d’autres ont vu leurs comptes suspendus.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Ils ont parcouru plus de 6 000 kilomètres pour voir Taylor Swift
NEXT à quelle heure et sur quelle chaîne regarder la 37ème journée de Premier League ? – .