Le Kenya et la Tanzanie, frappés par des pluies torrentielles, se préparent à un cyclone

Le Kenya et la Tanzanie, frappés par des pluies torrentielles, se préparent à un cyclone
Le Kenya et la Tanzanie, frappés par des pluies torrentielles, se préparent à un cyclone

Le Kenya et la Tanzanie se préparent à l’arrivée du cyclone Hidaya jeudi après que des pluies torrentielles ont dévasté l’Afrique de l’Est, tuant plus de 350 personnes et forçant des dizaines de milliers de personnes à quitter leurs foyers.

Les inondations, qui ont déjà coûté la vie à plus de 188 personnes au Kenya depuis mars, ont également provoqué le déplacement de 165 000 personnes et 90 personnes sont portées disparues, a indiqué le ministère de l’Intérieur. De son côté, le gouvernement a exhorté les Kenyans à rester vigilants.

“La région côtière est susceptible de connaître le cyclone Hidaya, qui apportera de fortes pluies, de grosses vagues et des vents violents susceptibles d’affecter les activités maritimes dans l’océan Indien”, a annoncé le bureau du président kenyan William Ruto.

La Tanzanie voisine, où au moins 155 personnes sont mortes dans des inondations et des glissements de terrain, devrait également ressentir la force du cyclone.

“Le cyclone Hidaya (…) devrait impacter les conditions météorologiques dans le pays, notamment avec de fortes pluies et des vents violents dans certaines régions proches de l’océan Indien”, a déclaré le X la Croix-Rouge tanzanienne.

Nairobi, la capitale du Kenya, fait partie des territoires qui devraient connaître de fortes pluies au cours des deux prochains jours, a annoncé le département national de météorologie sur le même réseau social.

Depuis le début de la saison des pluies au Kenya, de fortes précipitations, amplifiées par le phénomène météorologique El Niño, ont provoqué des inondations dévastatrices, entraînant la destruction de routes, de ponts et d’autres infrastructures.

Lors de l’épisode le plus meurtrier de ces intempéries, des dizaines de personnes sont mortes dans la nuit de dimanche à lundi lorsqu’un barrage naturel au centre du pays a éclaté en raison de l’accumulation de pluie.

– Touristes bloqués –

Par ailleurs, une centaine de touristes ont été bloqués mercredi par la crue d’une rivière dans la célèbre réserve nationale du Masai Mara, après de fortes pluies.

Les services d’urgence ont évacué par voie terrestre ou aérienne 90 personnes de cette réserve connue pour sa riche faune, où lodges et camps dédiés aux safaris ont été inondés.

La zone reste néanmoins inaccessible pour l’instant en raison de la destruction de ponts, a déclaré à l’AFP l’administrateur local Stephen Nakola, précisant qu’une cinquantaine de camps ont été touchés par les inondations.

Bien qu’aucune victime n’ait été signalée, les communautés locales vivant autour de la réserve ont été contraintes de partir.

“Accéder au Masai Mara est un cauchemar en ce moment et les gens coincés là-bas sont vraiment inquiets, ils n’ont aucun moyen de sortir”, a déclaré M. Nakola, ajoutant qu’ils craignent l’apparition de maladies transmissibles par l’eau.

Le président Ruto a annoncé mardi avoir mobilisé l’armée et ordonné l’évacuation des personnes vivant dans les zones à risque.

Des membres de l’opposition et de la société civile ont accusé le gouvernement de ne pas être préparé à gérer la crise malgré les avertissements météorologiques et ont appelé à une déclaration de catastrophe.

Les Émirats arabes unis ont envoyé 80 tonnes d’aide humanitaire au Kenya, a déclaré jeudi sur X le porte-parole du gouvernement kenyan, Isaac Mwaura.

-Conseils aux voyageurs-

Les États-Unis et le Royaume-Uni ont émis des alertes aux voyageurs vers le Kenya, demandant à leurs ressortissants de faire preuve de prudence.

Plusieurs autres pays d’Afrique de l’Est sont confrontés aux conséquences dévastatrices de pluies saisonnières décuplées par El Niño.

Le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, “est profondément affligé” d’apprendre les pertes de vies humaines dans les inondations au Burundi, au Kenya, en Somalie, en Tanzanie et dans d’autres régions d’Afrique de l’Est, a indiqué son porte-parole Stéphane Dujarric.

Au Burundi, au moins 29 personnes sont mortes et 175 ont été blessées depuis le début de la saison des pluies en septembre dernier, a indiqué le Bureau des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA).

Plus de 237.000 personnes ont été touchées par les inondations, qui ont entraîné le déplacement de 42.000 personnes, dont plus de la moitié sont des femmes, selon la même Source.

En Tanzanie, au moins 155 personnes sont mortes dans des inondations ou des glissements de terrain.

El Niño est un phénomène météorologique naturel généralement associé au réchauffement climatique, qui provoque des sécheresses dans certaines régions du monde et de fortes pluies ailleurs.

keo/txw/blb/sba/ybl

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Comment surmonter une promotion sans augmentation de salaire
NEXT Le « mur » qui pourrait sauver Biden