Breaking news

« La direction nous méprise », salariés d’un grand entrepôt de distribution en grève, site bloqué

« La direction nous méprise », salariés d’un grand entrepôt de distribution en grève, site bloqué
« La direction nous méprise », salariés d’un grand entrepôt de distribution en grève, site bloqué

Les salariés de la plateforme Aldi, située à Saint-Sulpice-la-Pointe dans le Tarn, ont repris tôt ce jeudi 2 mai leur blocage. L’entrepôt qui dessert des dizaines de magasins de la région est paralysé. Les salariés réclament des augmentations de salaire et de meilleures conditions de travail.

Le mouvement de colère se poursuit chez Aldi dans le Tarn. L’entrepôt de Saint-Sulpice-La-Pointe est de nouveau bloqué ce jeudi 2 mai. Les grévistes doivent recevoir la visite de la députée Karen Erodi.

La plateforme de distribution du géant Aldi a été fermée pendant deux heures ce jeudi et jusqu’en fin de journée. Depuis le 29 avril, les salariés du groupe ont décidé de se mettre en grève, à l’appel de la CGT, pour faire pression sur leur direction.

“C’est la première fois que ces salariés sont en grève”explique Laure Malleviale, secrétaire générale de la CGT du Tarn. « Mais c’est trop ! La direction fait preuve d’un mépris total et refuse d’ouvrir des négociations salariales. Nous bloquons donc le site depuis le début de la semaine.

Le mouvement a débuté ce lundi 29 avril. Il est largement suivi par une centaine de salariés, déterminés à obtenir également une amélioration de leurs conditions de travail : « On nous demande toujours plus avec moins de personnel »» précise Anne Moity, déléguée syndicale du site. « Je connais des magasins où ils font tout ensemble : la caisse, les commandes, la sécurité et le rayonnage. Ce n’est pas durable.

Pression permanente ayant des conséquences graves sur la santé du personnel : « Plusieurs salariés ont déjà connu le burn-out »poursuit Anne Moity. « Il y a deux ans, nous nous sommes suicidés et récemment, un gérant de magasin a également tenté de se suicider. Sans parler des accidents du travail. Cela affecte tout le monde.

Ce jeudi matin, les salariés en grève doivent recevoir le soutien de leur député. Karen Erodi, élue en 2022 sous l’étiquette LFI-NUPES, doit se rendre sur place pour rencontrer les organisations syndicales et faire valoir leurs revendications auprès de la direction centrale d’Aldi.

>>

Les salariés d’Aldi ont obtenu le soutien de la députée de la deuxième circonscription du Tarn, Karen Erodi.

© FRED DUGIT / MAXPPP

“On sait que ce sera long et dur, mais à un moment donné cette direction devra accepter le dialogue”dit Laure Malleviale. “Nous espérons que notre député saura ouvrir les yeux de nos dirigeants, pour qu’ils décident d’entamer des négociations”.

De son côté, la direction s’est rendue sur place ce jeudi matin et a constaté le blocage en présence d’un huissier. Si aucun progrès n’est constaté d’ici la fin de la journée, les grévistes se réuniront en assemblée générale pour décider des suites à donner au mouvement.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV une troisième journée d’innovation à Vannes
NEXT URGENT – Louis Carbonel en passe de signer au Stade-Français ! – .