Une mission chinoise s’apprête à décoller sur la face cachée de la Lune : ce que vous devez savoir sur la NASA et la course spatiale de la Chine

Une mission chinoise s’apprête à décoller sur la face cachée de la Lune : ce que vous devez savoir sur la NASA et la course spatiale de la Chine
Une mission chinoise s’apprête à décoller sur la face cachée de la Lune : ce que vous devez savoir sur la NASA et la course spatiale de la Chine

Le vaisseau spatial robotique chinois Chang’e-6 doit décoller vendredi, dans l’espoir de devenir la première mission à collecter des échantillons de roches et de sol sur la face cachée de la Lune.

C’est la prochaine étape dans une course tendue entre NASA et Chine créer des bases sur la lune, et de là, décoller vers Mars.

Depuis la première mission Chang’e en 2007, du nom de la mythique déesse chinoise de la lune, Pékin a fait des progrès dans son exploration lunaire.

Que va faire Chang’e 6 ?

Le vaisseau spatial devrait atterrir du côté nord-est de l’immense bassin Pôle Sud-Aitken. C’est le plus ancien cratère d’impact du système solaire.

Là, il collectera des échantillons à rapporter sur Terre afin que les scientifiques puissent étudier pour la première fois ce qui se trouve sur la face cachée de la Lune. En 2019, le prédécesseur de la mission, Chang’e-4 est devenu le premier vaisseau spatial à réussir son atterrissage sur la face cachée de la Lune.

Nous ne voyons qu’une seule face de la Lune car elle met autant de temps pour tourner sur son axe que pour orbiter autour de la Terre, soit environ un mois.

Le côté opposé à la Terre est grêlé de nombreux cratères de différentes tailles et présente une croûte plus épaisse et plus ancienne, selon la NASA.

Une fois que Chang’e-6 aura collecté tous ses échantillons, il tentera de décoller de l’autre côté de la Lune pour la première fois de l’histoire.

Image:
L’atterrisseur lunaire de la sonde Chang’e-4 est aperçu sur la face cachée de la Lune le 11 janvier 2019. Photo : AP

La mission Chang’e-6 durera environ 53 jours et collectera environ 2 kg de matériaux à l’aide d’une pelle et d’une perceuse, indique la NASA.

Il s’agit de la première des trois missions utilisant un vaisseau spatial sans pilote avant que la Chine ne tente de faire atterrir un équipage et de construire une base sur le pôle sud lunaire.

Quatre pays – les États-Unis, la Russie, la Chine et l’Inde – ont posé un vaisseau spatial sur la Lune.

La grande course vers l’espace

La face cachée de la Lune est une destination de plus en plus populaire. L’année dernière, L’Inde a célébré le fait que Chandrayaan-3 soit devenu le premier vaisseau spatial à atterrir sur le pôle sud lunaire.

La NASA compte entrer dans l’histoire en envoyant les premiers humains près du pôle sud lunaire en 2026 avec sa mission Artemis, et à terme y construire une base habitable.

La Chine dit qu’elle prévoit d’y parvenir en 2030, mais l’administrateur de la NASA, Bill Nelson, a récemment déclaré il pense qu’ils accélèrent leurs plans.

“La dernière date qu’ils ont annoncée est 2030, mais cela continue d’avancer”, a-t-il déclaré à la commission des crédits de la Chambre en avril.

« Il nous incombe d’y arriver en premier », a-t-il déclaré.

Alors pourquoi tout le monde est-il si désespéré d’atteindre une face de la lune que nous ne pouvons même pas voir ?

En termes simples, il s’agit d’eau.

Depuis que l’Inde a découvert qu’il pourrait y avoir de la glace dans les cratères du pôle sud de la Lune en 2008, les scientifiques ont voulu savoir s’il y avait de l’eau là-haut.

Si tel est le cas, les missions sur Mars deviennent beaucoup plus réalisables, tout comme le maintien de bases à long terme sur la Lune.

Lire la suite : La course à l’espace pour l’eau de la lune

Mais la politique terrestre se joue dans l’espace.

La NASA veut devancer la Chine sur la Lune de toute urgence parce qu’elle pense que le pays revendiquera l’eau de la Lune et pourrait développer des « capacités militaires secrètes » dans l’espace.

“Mon inquiétude serait que la Chine arrive la première et dise : ‘C’est notre territoire, restez à l’extérieur'”, a déclaré M. Nelson.

Il s’agit d’une version limitée de l’histoire, donc malheureusement ce contenu n’est pas disponible.

Ouvrir la version complète

Suivez Sky News sur WhatsApp

Tenez-vous au courant de toutes les dernières nouvelles du Royaume-Uni et du monde entier en suivant Sky News

Appuyez ici

Environ 39 pays, dont le Royaume-Uni, ont signé les accords Artemis de la NASA, un accord qui exige que les activités spatiales soient menées à des fins pacifiques et que les pays adhèrent au Traité sur l’espace extra-atmosphérique de 1967.

Ce traité stipule que l’espace extra-atmosphérique « sera la province de toute l’humanité ».

Bien que la Chine ait déjà signé le Traité sur l’espace extra-atmosphérique, elle n’a pas signé les accords Artemis.

Pékin affirme cependant qu’il reste déterminé à coopérer avec toutes les nations pour construire un avenir « partagé ».

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Israël s’attend à ce que la CIJ ordonne la fin de la guerre à Gaza : médias
NEXT l’essence et le diesel plus chers aujourd’hui