la quête de l’objet rare

la quête de l’objet rare
la quête de l’objet rare

Il fait encore nuit. C’est à la seule lueur de la lampe électrique que les premiers collectionneurs se déplacent dans le vaste domaine de Chambord, qui accueille mercredi 1euh Mai 2024 la traditionnelle brocante.

Il est devenu en quelques années l’un des plus importants de France avec près de 500 exposants réunis autour du célèbre château de François 1er.euh.

Une nuit dans le camion

Les ramasseurs font face à la pluie qui tombera abondamment pendant la majeure partie de la journée. Les gendarmes, chargés de la circulation autour du domaine, ont même dû fermer un parking de peur que les véhicules ne s’enlisent dans la boue. Mauvais temps à Chambord.

Heureusement, la plupart des exposants sont arrivés la veille et ont dormi dans leurs camions. « À 4 heures du matin, les gars là-bas veulent faire une bonne affaire »témoigne Marc, vendeur professionnel venu tout droit de Saint-Nazaire.

A quelques pas de là, Nadia, brocantrice rochelaise, distingue trois types d’acheteurs : « Il y a le chineur à la recherche de l’objet rare ; ceux qui recherchent le produit qui leur permettra de compléter leur collection ; et enfin le spectateur qui s’amuse. »

Myriam et Marylène appartiennent apparemment à cette dernière catégorie. On cherche « petits objets en bois et vaisselle abîmée pour faire de la mosaïque »tandis que l’autre partait à la recherche de “poupées de porcelaine” dont les prix « varient entre 20 et 300 € ».

Côté mobilier, les meubles René Gabriel sont à la mode.

Marc, exposant lors des puces de Chambord.

Les tendances

Un peu plus loin, tentant de s’abriter sous un arbre, Julie, d’Orléans, était partie “avec une idée précise”, mais elle s’en écarta : outre les meubles de maison, elle partit avec “une petite échelle” comme décoration.

Côté brocantes, comme ailleurs, il y a des tendances : « Le marché des bibelots est constantnous explique le brocanteur Marc que nous avons rencontré plus tôt. Côté mobilier, la mode est aux meubles René Gabriel produits en série dans les années 50. J’en ai même livré un à un seigneur près d’ici. »

Vincent, vendeur, est tombé sur “Beaucoup de Chinois sont venus pour la porcelaine”, alors que « la vaisselle et la décoration des années 1960 sont particulièrement recherchées ».

Assise sur un tabouret sous sa grange, Marie-Lou attend patiemment ses clients potentiels. Pour réussir sa journée, elle s’est appuyée sur des produits « pour tous les goûts et tous les budgets » ; même si elle a noté une prédominance “pour la vaisselle”.

La pluie a sûrement un peu dérangé le public et seulement les chineurs “plus motivé” aura bravé le mauvais temps du Loir-et-Chérien début mai qui ressemble comme deux gouttes d’eau à un mois d’octobre…

Le château ouvert pendant la brocante

Le Château de Chambord est resté ouvert pendant la manifestation. D’ailleurs, Carine, Éric et Matéo ne savaient même pas qu’un marché aux puces se tenait, accueillant plus de 30 000 personnes, le 1euh peut. Cela ne change rien pour nous, sourient-ils. Nous sommes uniquement venus visiter le château. »

Originaire du Finistère, la petite famille est repartie avec des étoiles plein les yeux… Malgré la pluie !

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV RUSPEE INDIENNE – La roupie devrait augmenter grâce à la reprise asiatique avant le rapport sur l’emploi aux États-Unis
NEXT une journée ensoleillée pour ce vendredi