Un lanceur d’alerte du 1er-Mai contre l’extrême droite

Un lanceur d’alerte du 1er-Mai contre l’extrême droite
Un lanceur d’alerte du 1er-Mai contre l’extrême droite

Ni gardiens, ni reine d’Arles mais manifestants. Il existe encore des traditions selon lesquelles la pluie ne suffisait pas à gêner. En cette journée internationale de mobilisation des travailleurs et de leurs syndicats, la tendance était à la clarification. Sur la situation internationale, d’abord. Et à Gaza en particulier. “Les nombreuses mobilisations partout dans le monde (…) contre ce que la Cour internationale de Justice a qualifié de risque de génocide doit s’intensifier pour contraindre le gouvernement israélien d’extrême droite à cesser immédiatement son action militaire.», intime Nicolas Bourcy, secrétaire général du syndicat local CGT d’Arles. Sans oublier la guerre en Ukraine pour laquelle «l’aide militaire par milliards vide les portefeuilles des salariés, des retraités et des chômeurs« . Une ligne internationaliste et pacifiste rejointe par le syndicat FSU, représenté par Anne-Sophie Sidani, professeur d’espagnol au collège Morel, qui plaide «pour une paix juste et durable dans le cadre du droit international« .

Le principal syndicat national de l’éducation, la FSU, a également réaffirmé son «choix de défendre le service public d’éducation contre l’austérité« Une austérité visiblement sélective comme semble l’insinuer Anne-Sophie Sidani : «A l’instar des entreprises qui bénéficient de milliards d’euros d’aides publiques sans contrepartie, les écoles privées françaises bénéficient en effet de subventions publiques avec une grande opacité dans le financement de ces établissements.» Précision encore, alors que les sondages donnent la liste de Jordan Bardella en tête des élections européennes du 9 juin, pour rappeler certains des votes emblématiques du Rassemblement national (ex-FN) aux parlements européen et français. Notamment sur les droits des femmes et le secrétaire de la CGT pour lister les voix du parti Lepéniste : «contre la revendication de l’égalité salariale entre les femmes et les hommes“, “contre le plan de lutte contre les violences sexistes et sexuelles au sein des institutions“, abstention « en matière de lutte contre le harcèlement sexuel“, refus “condamner l’interdiction de l’avortement en Pologne« …Pour Nicolas Bourcy, «Les députés d’extrême droite refusent toute avancée sociétale en faveur de l’égalité femmes-hommes« . Mais pas seulement : «contre la taxation des super profits, des grandes fortunes et des plus-values, contre le revenu minimum européen, contre l’augmentation du salaire minimum, contre l’indexation des salaires sur l’inflation“… En résumé, “ils sont tous ennemis des travailleurs« .

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le nageur chinois Sun Yang veut reprendre « dès que possible »
NEXT ce qui change au 1er juin 2024