Les perspectives mondiales s’éclaircissent avec la baisse de l’inflation, selon l’OCDE – 02/05/2024 à 10h38 – .

Les perspectives mondiales s’éclaircissent avec la baisse de l’inflation, selon l’OCDE – 02/05/2024 à 10h38 – .
Descriptive text here

Photo d’archives : Un quartier commerçant à Tokyo

La baisse de l’inflation et la solidité des marchés du travail suggèrent une amélioration des perspectives mondiales en 2024 et 2025, mais des risques demeurent, a déclaré jeudi l’OCDE dans une mise à jour de ses projections économiques.

L’Organisation de coopération et de développement économiques vise une croissance du produit intérieur brut (PIB) mondial de 3,1 % cette année, un rythme égal à celui de 2023, et contre une prévision précédente de 2,9 %. La croissance devrait rebondir en 2025 à 3,2 %.

L’inflation recule plus vite que prévu, tandis que la résilience des marchés du travail permet une hausse des revenus réels qui soutiendra la consommation, tandis que la confiance du secteur privé est rétablie, détaille l’OCDE qui fait état d’un « optimisme prudent ».

L’OCDE prévoit donc un retour de l’inflation vers son objectif de 2 % d’ici 2025 pour la plupart des grandes économies. Aux États-Unis, l’OCDE s’attend à une baisse des taux de la Réserve fédérale (Fed) comprise entre 3,5 % et 4 % d’ici fin 2025, contre un assouplissement à 2,5 % pour la Banque centrale européenne. (AEC) à cette même date.

Les taux atteignent actuellement respectivement 5,25%-5,5% pour la Fed et 4% pour la BCE.

L’OCDE évoque néanmoins plusieurs risques, au premier rang desquels les tensions géopolitiques, « ombre persistante » qui pourraient perturber les marchés de l’énergie et entraîner un rebond de la dynamique des prix.

L’inflation pourrait également se montrer résiliente, soutenue notamment par les services, tandis que des taux réels élevés pourraient avoir des impacts plus importants que prévu sur le service de la dette et les faillites d’entreprises.

« Les principales priorités de l’action publique consistent à faire baisser durablement l’inflation, à définir une trajectoire budgétaire qui permettra de faire face à la montée des tensions et à engager des réformes pour parvenir à une croissance durable », recommande donc l’organisation.

L’OCDE a par ailleurs relevé ses prévisions de croissance pour la zone euro à 0,7% en 2024 (contre 0,6%), grâce au rebond de la consommation privée permis par la hausse des salaires réels. Pour 2025, elle vise une hausse de 1,5% (contre 1,3%).

Il a également révisé à la baisse ses prévisions de croissance en 2024 pour l’Allemagne, la plus grande économie du bloc, à 0,2% (contre 0,3%) et a porté sa projection de croissance pour la France en 2024 à 0,7% (contre 0,6%).

(Écrit par Corentin Chappron, édité par Kate Entringer)

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV La BoE pourrait être sur le point de réduire ses taux alors que l’inflation ralentit, déclare le vice-gouverneur
NEXT A Gaza, les habitants « ne sont pas concernés » par la mort de Raïssi